lundi 14 avril 2014

Les bonheurs de l'autre

Certains déjeuners sont des voyages. Par l'entremise et non l'entremet du Landais Vincent Péré-Lahaille, Kally et Ritchie se sont - enfin - rencontrés. Ils s'étaient déjà reconnus, depuis longtemps, 2007, aux origines de ce blog de fous, via l'azerty. Mais de visu jamais. Chose fête. Chez Henri, ce lundi. Et ce n'était pas spaghetti, garanti. Plus roboratif difficile à savourer. Nous avons évoqué Jeantet, Harté, Mezergues, Espagnet, les chantres du rebond stylé de l'amitié, du stylo allumé. Et puis impossible de se quitter. Vous connaissez, ami(e)s de la Comme Fou. Alors direction rue Seguier, chez Atlantica, pour y écumer un cigare aux lèvres, faire table rase de bouquins, pas très loin de la Table Ronde, en chevaliers des mots.
En rentrant vers l'Essonne, j'ai dévoré le dernier Mazzella, "26 villages pyrénéens", faisant route avec Vian, Mérimée, Dali, de Vigny, Loti et même Jonas la baleine, compagnons de voyage en RER, Saint-Michel - Palaiseau.
En montant, pedibus, de la Seine vers le plateau de Saclay, 300 m de dénivellé (la tour Eiffel, quand même, hein), je me suis pris à aller de Pasajes à Cadaques. C'est tout le talent d'un auteur que d'inclure le rêve dans le réel. C'est prendre de la hauteur. Et son lecteur avec lui. Convoquer ainsi les Pyrénées en Essonne... Il y a toujours un marcheur qui semelle en nous. Merci, Léon, pour ces pas appats. Et les ortolans, la poitrine des femmes, la crosse calée sur l'épaule, bref, ce qui ne se dit plus en compagnie mais que les hommes apprécient.

mardi 25 mars 2014

Le club des cinq

Vingt-cinquième Crazy Ruck, donc, en bleu pour fêter les deux Grands Chelems. Et aucune allusion politique, qu'on se le dise haut et fort. Nous étions rue Princesse, cette fois-ci encore chez celui qui est devenu notre ami David. En prime deux solides tournées de Calvados maison pour affronter sereinement le retour notable du froid en sortant. Il fallait au moins ça. Fred avait, un peu plus tôt, célébré dignement avec du Haut-Médoc l'expression "passe coudée" inventée par Ritchie sur un offload de Picamoles face à Perpignan tandis que Le Tigre annonçait sans détour l'écriture imminente et à trois mains d'un nouvel opus né de l'imagination féconde et fertile d'Antoine, absent remarqué pour cause de deuxième tour à Saint-Mandé. Benoit évoquait ses pérégrinations à Bobigny aux côtés d'un Juanito en alerte verte du côté de Palaiseau. Une pensée pour les absents : Seb descendu à Grenoble relancer "La Firme" et Vince Motorhead retenu pour de tristes raisons familiales... Un Crazy Ruck où il fut question du musée de Twickenham, des vigiles de Jean-Bouin, des arrondissements parisiens en ballottage, de revers au filet, de genou endolori, d'un enfant à venir bientôt, du Népal où se construit une école pour orphelins - projet auquel nous sommes associés -, du Grand Canyon en folie et des feux de l'amour. De quoi nous donner envie d'y revenir.