mercredi 13 janvier 2010

Invictus (2)


Sur les écrans. Enfin. Invictus. A la gloire de l'humanité en mouvement. En noirs et blancs. Le sport en sortira plus grand, le rugby aussi. Freeman et Damon, certes, mais aussi un pack de seconds rôles réussis : les gardes du corps, la bonne de la famille Pienaar, les secrétaires de Madiba, et même Ruben Kruger et James Small plutôt bien campés. L'un des fils Eastwood à l'ouverture, dans le maillot de Joël Stransky. Un peu angélique, parfois, ce film. Dichotomique à la Clint. Mais frissons garantis. Quelques larmes, aussi, pour les plus émotives d'entre nous. A voir. Vite. Pour en parler ici. Parce que tout ça, c'est bien bok mais va falloir s'y filer...

85 commentaires:

Frederic a dit…

et qui a vu le "Invictus Uncut", montage alternatif dans laquelle Mandela est assassiné par KKK, tandis les townships entrent en guerre civile et qu'Abdel Bennazi porte la Coupe du Monde ?

sinon - je sais que je radote... - j'invite les Anglophones à regarder ce docu (fait bien vant le film) commenté par Morgan Freeman : Invictus (sans le romanesque) en 8min sur YouTube...

(de toutes manières, je pleure chaque fois que je vois les images de Pienaar brandissant la coupe... alors pourquoi pas Matt Damon...)

Frederic a dit…

(j'ai écris trop vite... il manque des mots... beuuh)

Pascalou a dit…

Invictus uncut j'ai pas vu, mais Invictus tout court je vais y aller dès que j'ai une soirée...
Moi j'ai pas pleuré lors de la finale, mais j'étais ému quand même, et surtout joyeux à cause de l'espoir de voir évoluer l'Afrique du Sud telle que Nelson Mandela la voulait.
J'ai eu récemment l'occasion de croiser Morné Du Plessis... Ça m'a fait drôle de serrer la pogne à un des acteurs de cette Histoire là...

Ritchie a dit…

Docu pas docu, tout ce qu'il y a dans le film de Clint est authentiquement hottentot (j'pouvais pas m'en empêcher)... Moi, j'ai pleuré en tribune de presse quand Mandela a pénétré sur la pelouse avec le maillot de Pienaar sur le dos et que les 80 000 sepctateurs ont scandé : Nel-Son, Nel-Son... Même Lomu a accusé le coup, c'est vous dire...

Gilles2 a dit…

Putain (sorry), j'aurais voulu y être!
Mais, même à la télé, ça passait...

rugbymane a dit…

"la légende il faut l'imprimer" disait John Ford et donc voilà...Clint c'est le dernier grand classique...voici au moins un vrai film avec des morceaux de rugby dedans...et non pas des trucs plus ou moins folklorisants qui d'emblée segmentent et s'annihilent des spectateurs parce qu'ils ne parlent pas à tout le monde...avec des morceaux rares de ciné dedans...là c'est ce qu'on attendait depuis un moment, puisque pas plus cinévisuel que ce sport, prétexte à narrer une belle rencontre...bref il faut y aller...Le dernier Eastwood ( tourné à Lyon je crois) est déjà quasi monté...

Antoine a dit…

C'est drôle, Benoit, j'allais écrire la même chose sur "la légende".
Sauf que le film, on aurait pu titrer "L'homme qui tua l'équipe de France" avec Derek Bevan dans le rôle titre.
Je plaisante, je plaisante...

rugbymane a dit…

Ah repasser une soirée au "Bevan" du monde...rue des martyrs...

Ritchie ciné a dit…

Bon, alors, ki ka été voir Invictus ? Et qui veut en parler ?

Rugbymane a dit…

Ben moi, sinon je ne me serais pas permis telle intrusion mais pour ce qui est d'en parler là...bien sur du cinéma je pourrais en parler des heures...Mais tant qu'à faire, il me semble que les lumières de Seb et "l'ampoule" de Christian seraient plus requises...Donc à vous messieurs...on relancera en première main mais guettons vos gestes justes...

Anonyme a dit…

Merci, je vais essayer d'y aller samedi ou dimanche. Si je tiens debout, je devrais arriver à marcher jusqu'à Odéon… :D

cds heureux et au radar… a dit…

l'anonyme c'était bibi…
l'anémié aussi (je suis sur les rotules) :D :D :D

Seb en Ovalie... a dit…

Cher Benoît,moi je te trouve au contraire tout indiqué pour donner le coup d'envoi,ayant le 35mm encore bien dans tes yeux,si bien aiguisés,comme tes phrases!Lance le "je"...Moi,je suis encore dans la salle d'attente prêt à embarquer pour un retour sur le passé,composé de tants de souvenirs en émoi.A 20h20 mon visa pour l'émotion,voir l'homme libre campé par Morgan et le capitaine Matt(er) tous les D(a)émons adverses...Hâte d'être dans le noir pour rapporter subjectivement ces lumières que le film m'aura insuffler en obscur.Me reste encore 4h interminable pour arriver au bout du tunnel in South Africa,après une longue attente fébrile de "4 mois,3 semaines,2 jours".

Ritchie en Seine a dit…

CDS sur les rotules, tu m'étonnes. Le fiston, il occupe, hein ?
Seb : je t'attends ! Après tout, l'idée est tienne...
T'as préparé ta question, parce c'est toi qui lancera le débat...

matthieu at home a dit…

....Et effectivement, Seb a lancé le débat, à l'initiative de Ritchie, qu'on a crue impromptue...
Juanito reperé quelques rangs derrière, pas loin de Seb.
Désolé de ne pas vous avoir salués, Ritchie idem pour le coup de vent, et merci pour l'accueil, sans parler du bout de papier...
La soirée était bonne, pleine, comme la salle. Sans être cinéphile, ici le rugby est bien rendu dans sa symbolique, les rapports à l'autre dans le jeu, montrés ainsi, corroborent l'action de Mandela.
Le choix des figurants est quelque part fascinant pour les joueurs puisque les apparences des joueurs sont conservées (Califano de dos me semble-t-il aussi avec l'élasto et chaterton), Fitzpatrick...
C'est bien d'avoir fait un film comme ça, et une soirée aussi pour témoigner, et je ne parle pas de rugby. Il y a 15 ans tout ça, ne me rendais pas compte.
Merci... et à bientôt de vive voix.

Seb en Ovalie... a dit…

Magnifique soirée au coeur de l'intime.Ce fût,brillant comme l'état des yeux des nombreuses personnes à la fin du film,Clint à hauteur d'homme ça vous donne un film au-dessus de la mêlée!Eastwood pendant 2h12m d'une fluidité exemplaire distille une pellicule touchée par la grâce en évitant un pathos trop encombrant.Malgré deux,trois faux mouvements au niveau du rendu de quelques actions rugbystiques lors de la finale,l'excercice est bien transformé et le rugby en sort plus vite,plus haut,plus fort,en un mot,magnifié!Que dire de la perfomance de Mr Freeman,il est Mandela,l'évidence éclabousse,et son jeu déployé,magistral.Damon n'est pas en reste,en campant un Pienaard convaincant,idéal relais pour les spectateurs.La liste est longue pour confirmer que tous les acteurs sont d'une justesse qui n'a d'égale que celui qui les dirige.Une partition riche,de tons sur tons arc en ciel,ou comme le titrait sublimement l'Equipe on en voit "de toutes les couleurs".On est plongé avec un réel brio au coeur de l'action et de l'âme humaine.Un film chargé en émotions,qui pourrait encore me faire couler beaucoup d'encre et entraîner d'autres explosions lacrymales subites,mais là mes amis,la dure réalité de mon travail de fond (d'écran) et le manque de temps,jouent là,leurs rôles de "Démineurs".

BétéBorné a dit…

En fait, les seuls avis négatifs, l'ont été à cette heure par des gens qui n'ont pas vu le film!

Ritchie aussi borné a dit…

Hello Bétéborné ! Nouveau venu sur la Comme Fou. Ici, l'habitude, c'est de se présenter. Alors, voilà, on attend de savoir qui tu es. Déjà Barbezieux, moi, ça me parle, c'est à côté de chez moi, rochelais. j'y lis Royan, Saujon, Puilboreau (que mon père entraîna en des temps reculés, club familier de ceux - nombreux - qui ont lu "Mon sac de rugby" de Jacky Adole)...
A toi de jouer, Bétéborné

BétéBorné a dit…

Je suis déjà intervenu sous le pseudo de Vinosse ! En fouillant bien dans mes liens on trouve qui je suis en vérité !!!!
Sinon rien de bien original: admirateur passionné de ce jeu depuis me plus jeunes années bercées des "eurovision" noir et blanches avec Roger Couderc, (5 matchs par saison !!!! en comptant la Roumanie), passant par mes périples dominicains à vélo pour aller voir jouer Claude Lacaze à Angoulême (un grand oublié!), jusqu'à aujourd'hui, avec des hauts et des bas... Depuis une grosse dizaine d'années j'accompagne le BSCR de Barbezieux, comme dirigeant actuellement(secrétaire bis!), en fédérale 3, mais qui rame un peu pour y rester vu qu'on est de ces clubs qui récupèrent les écrémages des meilleurs clubs de la région, mais avec aussi des jeunes en devenir... Une bonne école de rugby, plutôt fournie, voilà...

Ritchie memory a dit…

Vinosse, donc, aussi surnommé BétéBorné ? Le don d'ubiquité ?
Ah, Claude Lacaze, Chanzy... Que de souvenirs...
Un Angoulème-Toulon terrifiant dans les années 70... Avec André Herrero frappant les spectateurs juste à côté de moi...
Puis Vilquin et les deux frères venus de Surgères. Mon pote Astié président, il me semble... Munoz, aussi...

vinosse a dit…

Les années 70, j'avais un peu lâché le rugby pour d'autres paradis...mais j'y pense, à cette époque, Herrero Jouait encore ???
Avant ces dates je me souviens des frères Imbernon, dont le plus mauvais échoua au SCA, mais qu'ils virèrent rapidement, trop brute.

Nous sommes allés jouer conter eux l'an passé en F3...
Ils sont bien tombés bas... Et même encore y sont pas en haut de tableau en F2.

pierrot la tombal a dit…

Un peu déçu par les images de matchs...Un peu trop de bons sentiments affichés à la fin...Mais quand même un grand film, rien que pour la performance de Morgan Freeman le bien nommé...
Tout à la fin, je n'ai pu empêcher le suicide d'une larme qui s'est jeté éperdue par dessus la rambarde de mes cils impuissants...
Merde je suis définitivement une midinette!

Ritchie pépéroni a dit…

Nous sommes tous des midinettes. J'en suis à ma quatrième projection (avant-première média ciné ; soirée VIP L'Equipe-LNR ; projectionprivée pour le personnel du journal et soirée-débat à palaiseau. Et encore, j'ai shunté la soirée UNESCO. Cela dit, j'ai bien fait, parail-il, parce que ça a été phagocyté par Yade et Douillet au profit de la politique Sarkozienne. beurk) et je reste encore, non pas ému, mais touché.
Cette soirée débat pensée par Séb était sympa. 250 spectateurs, salle pleine et 150 qui sont restés de 22 h 45 à 23 h 45, l'estomac vide, pour évoquer le rugby sudaf, la politique des quotas, etc... Super moment. Terminé à la maison entre Comme Fou, soirée pizzas-Bordeaux agrémentée de discussions sur René Deleplace, Guy Novès, Daniel Herrero... Ca a dézingué sec...

matthieu en RERforcé a dit…

Et m...

G.E. a dit…

Mis à part le fait que le film pour moi est très émouvant, une réussite à la Eastwood, je suis fière de mon mari, qui a su captiver une telle audience puis mené à bien un tel débat... Je suis fière de tout ce qu'il fait, de tout ce qu'il réussit!! Heureuse d'avoir partagé ce moment avec lui.

Ritchie conjoint a dit…

Mais vous savez bien, ami(e) de la Comme Fou que derrière chaque homme il y a une femme... Bisous G.E.

Ritchie a dit…

Hey, Matthieu, je t'avais dit qu'il y avait des amis pour te ramener dans Paris intra-muros. Pourquoi t'es-tu barré si vite ?

matthieu mal avisé a dit…

Maladresse. A l'image du ticket dont tu t'étais rappelé, j'aurais du te faire confiance pour ça aussi. Y ai pensé sur le moment, mais la peur de la gare sans train...
Ta femme a raison, tu es un bon maître de cérémonie. Mais je n'en doutais pas. Le mot juste, la bonne anecdote, la passion du sujet. Parfois, j'avais l'impression qu'après la question que tu écoutais, tu répondais ou commençais la réponse et puis ça digressais plus ou moins. Et j'adore ça...

Croyais que le match commençait à 16h30. Et m... bis.

Ritchie ad lib a dit…

Disgresser et faire trop long, c'est ce que m'a reproché une de mes filles... Comme quoi, hein, en son pays, comme l'écrirait Séb, nul n'est " Le Prophète"

winrab and C° a dit…

Disgression ou pas, 2 h 12 de pur bonheur grâce à Clint et 1 heure de bonheur tout aussi pur grâce à Ritchie : en bref, une excellente et longue et bonne soirée. Un très bon film, un éclairage fort intéressant sur les tenants et aboutissants de ce match, (surtout pour la néophyte que je suis) et pour finir un rassemblement à la "Comme Fou" : bordeaux et pizzas servis par madame G.E.

Vraiment, ça valait le coup de se coller dans les embouteillages de fin de semaine !

Ritchie colère a dit…

Je lis ici et là sur les blogs amis des critiques sur la partie rugby d'Invictus... Bizarre, cette réaction... Décevante... Mais qu'est-ce qu'on s'en fout du rugby dans Invictus... Et en plus, il est stylisé, comme le sont les scènes de western dans Impitoyable (les mecs ont des pistolets nikel chrome et tirent au coeur de la cible à 500 m debout sur un cheval au galop) ou celle de guerre dans Mémoire de nos Pères (ils transpirent à peine, ont le temps de se parler, avec des dialogues de qualité, avancent entre les balles, etc...)
Invictus n'est pas un film de rugby, sur le rugby, un docu du mondial 95... Ca me fait un peu chier, franchement, tout ce buzz sur le rugby "pas bien filmé" par Eastwood.. C'est comme si on disait qu'on a pas assez fait rouler la Gran Torino...

Frederic a dit…

bon, bon, bon... je lis vos commentaires apéritifs en attendant de voir le film samedi...

mon épouse est pétrie de qualités (oeuf corse...), mais je ne suis pas certain qu'elle anime le diner-débat qui fera suite avec autant d'allant que Ritchie...

Ritchie a dit…

Alors reviens vers la Comme Fou

cds hypercharettedébordeud a dit…

Ritchie, si tu veux te défouler en attendant la suite de mon article (je suis confiant, je sais que nous partageons les même valeurs:) tu peux toujours aller faire un tour là :
http://www.philomag.com/fiche-philinfo.php?id=167

;)

Ritchie main de fer a dit…

Non, non, tout vas bien, pour me défouler, j'ai le footing dans la campagne environnante. No souci. non, c'est juste que de temps en temps il y a es choses que je n'ai pas envie de laisser passer. Une sorte d'impératif catégorique. Et tant pis pour les gants de velours.

rugbymane a dit…

Richard, je partage le point de vue de Christian sur le " filmage " ( j'aime pas ce mot mais bon) des scènes rugby, après bien sur qu'Invictus n'est pas plus un film sur le rugby qu'Impitoyable un film sur de vieux tueurs à gages westernisants...Sauf que, dans Impitoyable plusieurs lectures possibles tant le film est riche...Jugé coupable par exemple est un bon film d'Eastwood comme Invictus reste un bon film de Clint, mais pas à la hauteur de "un monde parfait" ( un film parfait avec un Costner comme on l'a jamais vu) ou de Pale rider ou Honky tonk man...

pierrot la tombal a dit…

Bon d'accord Ritchie! Invictus n'est pas un film sur le rugby. Mais pourquoi en avoir mis autant...?

Gilles2 en attente a dit…

Pas vu "Invictus", mais ce qui est sûr, c'est que j'irai le voir vite et pas pour le rugby. Plutôt comme la suite (l'aboutissement?) logique à Brink, Coetzee, Gordimer, "Une saison blanche et sèche", sans oublier la grande et belle Miriam Makeba...
Et puis pour Eastwood (à ce propos, merci Rugby(mélo)mane de mentionner "Honky Tonk Man" que j'adore (et les honky tonk women of Coors...)inesinu

Ritchie a dit…

Mais franchement, les gars, vous vous attendiez à quoi ? A la finale de la Coupe du monde filmée par Canal Plus? Vous déconnez ou quoi ? Dans la salle de ciné, j'ai vu des gens qui n'étaient pas devant leur télé en 1995 lever les bras quand Joel Stransky, alias "Eastwood fiston" passe le drop ! Vous pensez qu'il a filmé les scènes de guerre de "Mémoires de nos Pères" à l'original ? Vous y étiez, vous, dans le Pacifique en 45 ? Et pourtant le film est génial. Pareil pour Invictus. Et contrairement à ce que vous pouvez penser, il y a plein de niveau de lecture dans Invictus et le rugby n'est pas le plus important.
Tout cela est assez décevant. D'habitude, ici, il y a de la hauteur de point de vue, du recul, de la distance... Là, c'est au ras du sol, ballon-ballon... On croirait un blog de supporteurs. Je pense qu'il est temps que Comm Fou s'éloigne des terres ovales pour aller ailleurs, retourner dans l'art de vivre... Parce que là, franchement, ça me fait chier de "ratiociné" sur un tel film, Invictus, qui apporte à notre sport un éclairage de cette qualité.
Là, le sport permet de réunir ce qui est épars, de rassembler des gens qui avaient tout pour se détester. Le rugby n'est qu'un levier. Moi, c'est mon métier, j'en bouffe tous les jours, toute l'année, depuis 35 ans. Et franchement, que l'essai ne soit pas un plongeon extatique, que les mêlées ressemblents à des mauls, que la traduction de "test-match" soit "qualification", je m'en branle d'une force, vous n'avez pas idée...
Alors, je regarde l'arbitre, maitenant, pour savoir lequel d'entre vous va siffler la fin de ce match...

Antoine a dit…

Mazette, ça relève sec ici ;-)
Je n'ai pas vu le film, donc je n'ai pas d'avis sur la façon dont le rugby est filmé. Le fait qu'il le soit est déjà formidable, non ?
On dit tellement que ce sport est propice aux chansons de geste que pour une fois qu'il nous est servi sur grand écran...
Alors, peut-être que l'attente est telle que lorsque l'enfant paraît, on lui trouve une mine d'avorton.
Difficile, enfin, d'avoir le même point de vue qu'un spécialiste et de partager le même angle d'analyse, d'autant que celui qui baigne dans domaine peut, naturellement et sans doute davantage qu'un profane, s'en détacher pour n'en retenir que ce qui fait sens au-delà du geste.

rugbymane temps mort là oh a dit…

Que t'arrive-t-il enfin? Tu sollicites nos avis sur le sujet, ceux qui ont vu le film et trop contents de pouvoir l'évoquer ici, le font, avec mesure, personne ne s'est lâché pour ou contre, il y en a qui ont dit, et juste ça, ce qui les gênait, Christian lui tente d'appréhender le film à sa manière souvent réjouissante, les critiques de cinéma et de littérature, les bons, y parviennent, après pour ce qui est d'être d'accord ou pas, peu importe, pour ma part, Eastwood oui je me sens assez supporter de son cinéma, mais obligé de dire qu'à mon humble avis de "supporter" Invictus ( et franchement le bien que ça peut ou pas faire au rugby, alors là moi je ne bosse pas à sa promotion je m'en cogne mais à un point...) d'une je ne me précipiterais pas pour le revoir, je le ferais mais plus tard sans doute,au contraire de Gran Torino 4 fois d'affilée pour des raisons qui me regardent, certains films, livre etc...vous parlent d'autres moins, Invictus je comprends que ça te parle d'avantage vu que tu as vécu le truc, je comprends très bien et ça explique ton coup de sang formidable à la Barrière...et d'un monde parfait avec José Wales, et d'autres, mon Eastwood préféré mais je ne vais pas prendre tout l'espace ici et je ne suis ni critique de ciné, ni spécialiste de rugby, spécialiste en rien amateur modeste en beaucoup de jolies choses...

G.E. a dit…

Je suis d'accord avec Ritchie, toute néophyte que je suis comme Winrab, je pense que l'intention de Clint ne pas de s'adresser aux spécialistes ou amateurs de rugby, ce n'est qu'un moyen pour raconter une histoire émouvante, réelle, puis en passant les néophytes du rugby pourraient même y devenir accro. Ou au moins s'y intéresser de plus près.

rugbymane a dit…

Et puis Richard, je ne vois pas dans quelle mesure Comme fou serait en passe de basculer dans le côté obscure de "la farce" supportrice, certains sujets peuvent faire réagir, ça s'agite, ça s'emporte un peu mais après...Les goûts et les couleurs...ce serait d'une ennui mortel si tout le monde était d'accord sur tout...En plus aucune discourtoisie notée dans ces parages donc...Jamais...Oui un de mes Eastwood préféré Josey Wales hors la loi, le premier plan on dirait d'un tableau flamand...Une fresque, une traversée de l'Amérique assez cynique...enfin pas que ça...en même temps c'est une élégie. Impitoyable et idem ce vieil as du six coups qui se ramasse la gueule dans la boue après avoir tenté de réunir ses porcs et la suite où il tente d'expliquer à ses petits " Papa dans une autre vie a été méchant avec les animaux normal que Le seigneur le punisse"... Voilà un film qui parle de la première guerre en Irak mais oui beaucoup plus de ce qu'on a voulu en dire en raccourci " un western crépusculaire"...

Rugbymane impitoyable a dit…

Bref , fallait comprendre: Impitoyable n'est pas "un western crépusculaire" sa morale est plus lumineuse...Au contraire du sombre et mutique "Pale rider" où le justicier vengeur, personnage messianique à la sauce spagh, Cavalier de l'apocalypse et l'apocalypse ce n'est jamais now chez Clint ça se prépare et quand ça survient voici ce que ça dit " tuer un homme c'est lui prendre tout ce qu'il avait mais aussi tout ce qu'il aurait pu avoir" Voir et revoir, ses films de guerre, Invictus reste un bon film, mais à mes yeux de la veine de Jugé coupable, ou Absolute Power, de très bons films mais juste pas ceux que je préfère... Un monde parfait putain mes petits chats...Costner là-dedans on dirait un Steve Mac Queen moderne...Et le reste...le voilà le Eastwood parfait...juste à mes yeux...ni critique ni spécia...

Ritchie a dit…

Bon je recadre : c'est pas après la Comme Fou que je râle mais après tout ce que j'ai lu sur la toile, la blogosphère, etc, etc... Alors je râle ici mais parce que ça me fait chier qu'on parle des plans de rugby pour évoquer Invictus. Voilà. C'est dit. C'est tout. Ce n'est que ça. "Ratiociné" : j'aime bien la construction du mot. Invictus tire des larmes et pour moi, ça compte. Ca fout la chair de poule, ça vibre, et les scènes de rugby sont parlantes, ce sport y est magnifié comme jamais, les matches racontent quelque chose qui dépasse le réel. Et j'avoue que je ne comprends pas (c'est ma limite) qu'on râle après les scènes ovales selon le principe que ce n'est pas un match "pour de vrai".
Je sens bien, aussi, qu'à travailler tous les jours sur le rugby, l'échange sur tel ou tel sujet ovale ne peut pas se partager n'importe comment, n'importe où. Il va falloir que je me recadre tout seul.
Sans doute en arrêtant Comme Fou définitivement ; ou de façon partielle ; ou en allant vers d'autres sujets... Réflexion en cours

Seb en Ovalie... a dit…

Quelle brêle ce Clint qui laisse Trenet sa Gran Torino devant la porte du garage,sans la faire rouler une seul fois du film!!!Les gars vous plaisantez j'espère car les pinailleries sur quelques blogs amis en lien,avec la soit-disante malfaçon de filmer le rugby c'est une escroquerie intellectuelle!!!Comprends le coup de sang d'encre de Ritchie,c'est un objet cinématographique avec des morceaux de bravoures rugbystiques de belle facture qui s'inscrivent parfaitement dans l'oeuvre.Eastwood n'est pas J.P Jaud,heureusement,et c'est bien pour cela que j'aime infiniment ces cadrages "débordements"...Au près de "La ligne verte".

rugbymane a dit…

"n'importe comment, n'importe où" je comprends ce que tu entends par là, c'est vrai que pour nous autres comment dire, on serait tel un spectateur lambda...et je pense pour avoir des amis qui bossent dans le cinéma que de jouir d'un vrai regard en coulisses...bien sur ça grandit le point de vue ça élargit le cadre...bon de ces choses là on en discute tous les jours, avant cela se faisait plus volontiers au café, le matin face aux dernières nouvelles, un docteur échangeait avec le plombier, et si cela se faisait, ça doit toujours se pratiquer ce type d'échange, c'est parce que dans ce genre d'endroit les barrières tombaient...avant d'y entrer tacitement on se dépouillait de nos raisons sociales qui pouvait en intimider beaucoup, un blog il me semble qu'un peu le même jeu social s'y joue, bien sur celui qui préside son petit espace de liberté perso peut se sentir requis pour prescrire ici un livre, là un disque, que sais-je, après les coms peuvent juste ne pas opiner dans son sens...le blog c'est l'échange qu'il y avait au bistro avec la possibilité en sus d'éviter les fâcheux, moi ce que j'ai pu aimé ça les cafés ( même avec les gros beaufs de base, c'était une magie...quotidienne les bistrots de Paris en plus...une constant émerveillement..), j'avoue et une fois par semaine mais chut j'essaie à Paris de renouer...Allez deux heures c tout, bref ce que j'ai pu aimé ça, Leblog voilà on peut l'envisager comme ça, comme on veut...mais après je comprends très bien, vraiment ton "n'importe comment, n'importe où..." donc ben je sais pas quoi te dire l'ami...

rugbymane a dit…

Écoute Seb, la plupart de mes amis ont adoré Invictus, moi je ne dis pas que c'est un mauvais film, quant aux séquences de rugby, je les avais vues...bref...c'est interdit tout ça c'est numériquement mal et tout donc chut...et ça ne me choque pas plus que ça...j'avoue... A la vérité je suis bien content que ce film ait été fait par Eastwood...Parce que ce réal et ce sport, bref, tu le sais...Juste que je mentirais sinon mais ce film, un bon film, me parle moins que d'autres, plein d'autres, rien que le premier tiens " Play Misty for me" où sans cesse au tel le jeune et inquiet Clint demandais des conseils à son ami et maître Don Siegel ( "Les proies" de lui teins ça..), voilà c tout...Aprés, je n'ai rien à redire sur le scénar et la mise en scène...Voilà ce film me plait un peu moins...

rugbymane a dit…

Mais chaque avis tant soit peu critique, brillant si possible, m'intéresse, surtout quand il s'agit de cinéma, un critique et de par la blogosphère il y a des trucs fascinants à lire, sur les séries télé, sur tel ou tel cinéaste et je t'assure que du neuf à lire là...après on peut ne pas être d'accord, moi j'ai pas aimé plus que ça le dernier Clint mais quand jeune sans savoir l'exprimer je disais aux mêmes amis, certains ont fait carrière dans le cinoche ou le journalisme "culturel", que Pale rider à force de le regarder ma VHS...Clint devait pas être encore assez à la mode même si ça et là...Et on en discutait à perdre haleine, et puis on allait lire Les cahiers, Starfix, Positif, Deleuze, Siclier, et je ne sais plus qui...aujourd'hui sur le net tu peux tomber sur ce genre de débats...Bon voilà, est-ce que c'est mieux? Ça permet ou ça donne l'illusion... ce qui est de moins en moins possible aujourd'hui, des rencontres improbables, d'échanges ailleurs impossibles...bref je sais pas...

Antoine a dit…

Je crains de ne pas saisir l'ensemble des réactions qui s'expriment, et notamment celle de Ritchie. Pourquoi fermer un blog sur lequel, sauf erreur, on n'échange qu'avec respect de l'autre, et sans parti-pris ?

De lire "Je sens bien, aussi, qu'à travailler tous les jours sur le rugby, l'échange sur tel ou tel sujet ovale ne peut pas se partager n'importe comment, n'importe où. Il va falloir que je me recadre tout seul.
Sans doute en arrêtant Comme Fou définitivement", me chagrine et, pour tout dire, me mets un peu mal à l'aise. On ne mérite pas ce blog ?

Ritchie blog de béton a dit…

Non, non, c'est pas vous, les gars et les filles, c'est moi...
Trop tue le mieux.
12 heures par jour au buro à parler rugby, plus "MRC" à reparler rugby et là le blog avec du rugby...
C'est trop.
J'ai davantage envie de parler littérature, musique, peinture, sculpture, politique, socio, voyages. D'échanger. Comme avant.
Je sens bien, confusement, que bloguer rugby n'est pas pour moi, pas maintenant, pas ici, pas comme ça.
Y'a trop de choses que je sais et dont je ne peux pas parler librement. J'peux pas gérer la rubrique ovale d'un quotidien de sport et balancer des raffuts sur le blog.
Je sens aussi que je commence à avoir des avis péremptoires et ça me casse les couilles. Je parlais de rugby sur un blog ami et l'un des intervenants m'a prestement remis à ma place, genre "on s'en fout que tu connaisses le rugby" et là je me suis dit : bon, ok, je vais juste utiliser ce que je sais et écrire pour les gens qui veulent bien mettre 0,95 ct d'euro pour le lire. A chacun son métier.
Après, fermer le blog, j'avoue que ça m'a traversé l'esprit. Pas pour me séparer de vous mais pour me séparer de ce que je n'aime pas en moi.
Je m'aperçois aussi que dès que j'ouvre sur le rugby, il y a tout de suite vingt messages et plus... Je ne suis pas certain d'avoir envie d'ovaliser ici aussi.
Il faut que je retrouve un axe fort. Laissez-moi un peu de temps. C'est juste ça.
Avec Invictus, je vois bien que j'ai réagi d'instinct, comme un Don Quichotte face à des moulins à vent.
Après tout, qui je suis, moi, pour donner un avis sur un truc que je suis le seul à avoir vécu de l'intérieur pendant deux mois, en 1995, en Afrique du sud, aux côtés de Small, Stransky, Pienaar, Wiese, Le Roux, Andrews, bref mes potes sud-af, coach Kristie, Morné Du Plessis... ?

Seb en Ovalie... a dit…

Benoît,je comprends ton sentiment,moi pour des raisons très personnelles liées à mon enfance je fus chamboulé à jamais par "Mystic River"...Les ressentis émotionelles ça ne se discute pas ou alors sur un comptoir en zinc ou sur ce blog ci.Et moi aussi très fier que le rugby est ainsi été si bien plaqué sur la pellicule du dernier des très grand,notre ami Clint!Imagine le rugby sauce Lynch,personne aurait compris les règles,sauce Scorcese du trafic mafieux en tout genre sous les maillots et sous les mauls,sauce Tarantino se serait une boucherie,sauce Fincher trop longue,sauce Besson indigeste,sauce Woody Allen trop de dialogues technico psycho-tactique,sauce Audiard trop noire on verrait plus le ballon,sauce Spielberg trop aventureuse,sauce Aronofski trop clippée,sauce Mendes trop bourgeoise,sauce Wong Kar Wai trop ralentie,sauce Greengrass trop agîtée,sauce Kusturica trop festive et encombrée etc ...Non franchement,Eastwood pour l'ovale c'est le choix du roi.Fluidité de la mise en scène,l'impact bien placé et le spectateur au coeur de l'action,de quoi donner plus de bleus sur le corps que dans l'âme... Clint,"Le dernier des mohicans".

Ritchie a dit…

Tenez, je viens d'aller faire un tour sur le blog Nice Rugby. Excellent texte de Julien Schramm sur Invictus. Tout est dit. Bien mieux que je ne pourrai le faire. Julien faisait partie, entre 1990 et 2005, de cette jeune génération de journalistes anciens joueurs de haut niveau, belle sensibilité, passion à fleur de peau, émotion contenue dans ses textes. Il livre là, dans Nice Rugby, un de ses meilleurs textes. Et les posts y sont nombreux, variés, contrastés. Pas étonnant que Nice Rugby soit considéré comme le meilleur blog de sport français.

Antoine a dit…

D'abord, Don Quichotte, c'est peut-être des moulins (les tiens sont visiblement à paroles plus qu'à vent) mais c'est aussi la Quête.

Ensuite, j'observe que ce qui nous rassemble sur ce blog, c'est évidemment le rugby, on ne peut le nier, mais que ce n'est pas que.
On vient pour autre chose (sinon on fréquente des forums "rugby" point barre).

Enfin (et il est inutile de préciser combien tu es plus proche de ce qui est advenu en 95 qu'aucun d'entre nous...), ce qui personnellement m'intéresse dans nos échanges c'est justement l'enrichissement réciproque qui nait de l'échange entre profanes et initiés.
Tu peux, si cela te chante, cesser de parler rugby sur ton blog (même si perso ça me casse un peu les pieds de payer 95 cts d'euros pour lire deux malheureuses pages sur mon sport favoris parmi 20) cela ne m'empêchera pas d'y revenir.

Ritchie a dit…

Hey, deux pages, c'est le double que l'année dernière... Si je pers votre soutien économique, j'vais aller où, moi ? Aux impots ?

Antoine a dit…

J'peux te faire un mot ;-)

Ritchie a dit…

Au fait, merci Frederic pour les 8mn sur You Tube

rugbymane a dit…

Moi je pense, moi je...hum hum me faire fizza une tisane de serpolet...Bref, il me semble sauf à me tromper, que certains posts non rugby ont battu des records de coms, un Pessoa, un à propos de nos rucks préférés, mais je le redis, je comprends ton ressenti, tout en partageant l'avis d'Antoine, au fond le rugby n'est ici que prétexte à échanger, au départ, certes, c'est ce qui nous rassemble et encore...Mais surtout l'envie de passer un coucou amical à la sauvette, de discuter comme ça, de disputer parfois mais ça ne pisse jamais très loin, entre gens de bonne compagnie et surtout, aussi pour cela que j'évoquai tantôt les bistrots, issus d'horizons tellement différents...Voilà...Après tu es surement rincé aussi, et je comprends que le rugby à force...Pour ce qui est du quotidien, deux pages c'est déjà mieux que rien...moi je continue de me l'acheter...Le journalisme ne souffre pas la gratuité voilà...

rugbymane a dit…

Et oui sur Nice rugby il y a un ton particulier, une façon réjouissante, les coms émanent en sus de gens cultivés, fins, drôles, hormis ce gros prétentieux de "Pilier"...bref, mais j'irais lire le dernier post de Julien Schramm, ex confrère à toi Ritchie, même si je préfère en général ce qu'écrit Rodolphe Gilbert, son approche...là encore juste une affaire de goût, d'affect, d'affinités électives...What else...

rugbymane a dit…

Dis voir Antoine...ahem...pour ce qui est des mots...je déconne toujours est-il que tes jeux de mots...grand bravo...

rugbymane a dit…

De nos riffs préférés et non pas rucks désolé...

Gilles2 arbitral a dit…

Alors, ça mailloche dur sur le blog...
Mais après la mailloche, la saine explication, on fait comme rugbymane, on va au bistrot du coin, on s'accoude au comptoir, on y va de ses brèves et de ses longues, et on rigole, et tout va bien.
A quoi ça a servi que je parle (vite et bref) de Brink, Cetzee, Gordimer et Makeba..? Toujours pas vu le film, mais il me semble que si un rugbyman c'est avant tout "un homme debout" (malgré les empilements, placages...), alors oui, Eastwood est parfait pour en évoquer le sens et la symbolique. Les amis, à vous lire depuyis ma petite bécane, c'est incroyable ce que vous êtes semblables (et attachants)

rugbytruc a dit…

Cher Gilles, parlons donc de ces auteurs...et c'est vrai que si vous avez un peu de temps cliquez moi, Ritchie à raison, sur Nice rugby( un blog rugby bref...) le dernier post...un papier en fait construit comme tel, solide, émouvant, vaut le détour, après reparlons de ces auteurs avec tous les autres...Disgrâce ce livre là...justement tiens...on en recause?

matthieu un peu estomaqué a dit…

Parti à 10h, de retour à 20. Plus 25 coms… ! Quoi qu’est-ce ? Ritchie, je comprends bien ta lassitude, et du coup mieux la Floride. Du reste, ici, vous donnez une ouverture culturelle parfois assez large, du moins pour ma pomme. Tout comme chez Benoît, les Christians, etc… je fais un peu ma gymnastique… car in fine, on fait vite le tour de notre petit monde top14 EDF. Et ensuite, si rien d’autre, on le refait, et le refait, et le refait, etc. Pour ce qui est de Invictus, en dehors du récent com sur un film des années 60 avec comme toile de fond le XIII au Pays de Galles, je ne connais pas d’autre films sur notre jeu (et ne me parlez pas des diplômés du dernier rang, malgré Oualtère). Alors non, ce n’est du « real from real », mais n’empêche, j’étais content de savoir le rugby choisi et montré. On a compris que ce sport avait ses spécificités propres, malgré le manque de réalisme. Faillait-il fouiller davantage ? Etait-ce le but ? Etait-ce nécessaire ? Etait-ce possible ? Est-ce que ça nous était du ? Je ne crois pas. Après tout, ce n’est pas la culture de Clint. On peut regretter que le rôle de Du Plessis n'ait pas été mis plus en exergue, ne serait-ce que pour rendre à César...

Pour mon information, pourriez-vous me confirmer ou infirmer s’il vous plait ? C’est au sujet de la triche qu’on évoque au sujet des sudaf. Certains disent qu’elle est occultée dans le film. Pas tout à fait à mes yeux. Dans la voiture, Mandela et son conseiller sont à l’arrière. Entre eux il y a l’assistante, celle qu’on voir toujours un dossier dans les bras, qui bosse et bosse toujours. Ici sans mot dire, en écoutant, donc… Les deux hommes présageant de l’impasse sportive qui s’annonce, en finissent par se demander comment il sera possible de gagner. A aucun moment Mandela ne manigance. En revanche, l’attitude de l’assistance, muette et semblant absorbée, au milieu de ce ping-pong verbal, me fait penser à la grande muette, qui ne parle pas beaucoup mais qui agît bien plus. Je me trompe ou non ?

Richard tu ferais aussi le Dakar l'an prochain ?

Ritchie bientôt chez Morphée a dit…

Bien joué, Matthieu, bien joué, sur ce coup. En fait, d'après ce qu'on en sait (version nzl), ce sont les services secrets sud-africains qui auraient retournée une serveuse métis dans l'hôtel des All blacks pour leur glisser un puissant "dieu rétique" dans l'eau de leur thé et de leur café le mercredi soir. J'ai le prénom de cette femme quelque part dans mes notes, si ça vous interesse.. Mais jamais Mandela n'a été dans ce coup-là, certains ont fait du zèle.. Bien vu, Matthieu, bien vu...

G.E. a dit…

Heureusement, certains ne s'endorment pas devant l'écran...

matthieu a dit…

et derrière chaque homme... Dans le film, c'est plutôt le côté maman.

rugbymane night and day a dit…

oui...ou certains ne s'endorment pas tout court ( revoyure tardive de Bonco Brily, petite merveille de...Ben oui Clint Eastwood, de et avec Clint en directeur de cirque itinérant, oui mais un cirque western oui mais un film libre mais pas que...un road movie émouvant, un peu bancal, et puis boulot boulot voilou) et même que ça leur fait les paupières un poil tombantes quand il c'est qu'il s'agit de faire bonne figure devant deux petits tyrans domestiques...Allez la belle journée et continuation à toutes et à tous...tiens se secouer en musique. Zou: "Africa ben Batta!"

rugbymane a dit…

Désolé, le film, il s'agit de Bronco Billy, rôôô si déjà me goure comme mes doigts...ça promet..."Roulons, roulons, roulons" Rawhide!!!!

Rosa Puente a dit…

Avant que vous passiez la page Invictus, vous dire que j'ai passé vendredi dernier, une superbe soirée. Merci Ritchie

G.E. a dit…

Moi aussi!! Ravie que tu sois venue. Puis c'est bien d'avoir vu le film pour pouvoir exprimer son opinion...

Ritchie deuxième mi-temps a dit…

Ah les femmes,
Au fait, qu'en pensent Juanito, Frédéric, and co...

Gilles2 a dit…

Ah oui, cher Truc, "Disgrâce", quelle merveille. Aussi rugueux et violent qu'une charge de 3° ligne bok, et pourtant d'une invraisemblable élégance (on voit, là, ce qu'il doit à Beckett). Et puis, cette puissance d'évocation... Je vais essayer d'aller sur Nice Rugby, mais je suis plus à l'aise avec le papier qu'avec la bécane. D'ailleurs, si je viens sur la Comme fou, c'est parceque Ritchie dans son immense mansuétude m'a envoyé un lien...
On verra bien!?

matthieu, sur le racing, a dit…

le racing c'est lourd, parfois trop. La peur de jouer, qui finit en jeu de la peur. Celle qui fait courir après la victoire en fin de match, qui rend ingambe. Quand le gars lactique tend vers le galactique. Bon sang c'était poussif! Mais c'est passé... suffisamment entre les poteaux. Les abeilles ont volé, zigzagué, piqué. Un essaim pour deux essais. Bien-que dominés physiquement en seconde mi-temps, leur victoire n'aurait pas été volée. Avec ce talent derrière, on croirait qu'ils utilisent un opérateur plus delaplacien (bribes de lointains souvenirs de maths).

Pierre-Olivier Carles a dit…

Bon, je ne l'ai toujours pas vu par manque de temps, mais je viens de lire les 70+ commentaires, histoire de me mettre dans le match...

Je vous dis si je ne peux pas retenir la larme de la fin ou si, finalement, les garçons ne pleurent pas, comme disaient un groupe anglais de ma jeunesse...

Frederic a dit…

@Ritchie : je n'en pense (encore) rien... je ne verrai le film que demain !

je crois n'avoir rarement autant lu ou entendu à propos d'un film avant de le visionner... (et pourtant, ma panoplie numérique - twitter, RSS, blogroll - n'oublie pas le cinéma

Et je m'y rend comme admirateur de Eastwood, pas en geek du rugby...

rugbytruc barbe à turcs a dit…

oh chouette un "curiste" à la comme fou chouette alors!!!! hé Fred le geek c'est chic, une sorte de nihilisme à la Nile...

Ritchie cabré-cablé a dit…

Direct 8 veut en savoir plus sur Invictus.. Je leur dis quoi ?

rugby machin chouette le machin a dit…

Pour commencer d'aller voir le film, voilà on n'a jamais mieux fait que d'aller voir les films pour s'en faire un avis...sinon d'inviter Berbizier, un cinéphile un vrai ( c délirant les litres de fiel qu'il a déversé, et puis son refus motivé par quoi déjà...l'aigreur est humaine, ok, ok, mais ça ne le grandit pas...ça le regarde après tout) surtout que ça fait une paye que j'ai pas ri sur direct 8...non qu'ils envoient Rico Blanc ( Il imite très bien Tonny Montana...vrai de vrai) flanqué de Mikys son nom je en sais plus l'écrire...Sinon je sais pas moi...

Frederic Humbert a dit…

à "curiste", "curiste et demi"... au prochain couscous, je sortirai la photo de mon permis de conduire et on verra bien qui est le plus ridicule... parce que l'ami Pierre-Olivier - le connaissant maintenant depuis un moment - je n'arrive pas à me l'imaginer avec la coiffure-pétard d'un Robert Smith... :-)
c'te blague...

rugbywave old and new a dit…

moi je l'avoue, Fred, la dite coiffure arborescente, quoique, longtemps je l'ai arborée,"A forest" que c'était, ma fierté, trop de gel et tout ça pour finir...comme on sait...mais tout va bien c'est vendredi et "friday I'm in love"...( "friday's dust" et tout le reste ( last broadcast vivement conseillé) par the Doves, grand groupe ça...Fred mais sûrement que tu connais sinon...je te passe le plan)

Ritchie qui lève le camp a dit…

Ce que j'aime, avec la Comme Fou, c'est qu'on commence avec le Klu Klux Klan et qu'on termine avec The Doves, tout ça pour un film avec du rugby. C'est pas bossa ?
Au fait, quelqu'un a des nouvelles de Juanito ?

juanito a dit…

tout va bien, tout va bien :))

je restes un peu dans ma bulle, et en ressortirais bientôt.

Merci encore pour cette soirée, un grand film, un grand Ritchie et un immense Clint.

Ritchie au contact a dit…

Nous voilà rassurés...

rugby... a dit…

Oui c'est vrai, tant que notre Juanito a la banana...