lundi 12 octobre 2009

Tous au goulot


Quoi de mieux qu'une bonne bouteille partagée en amis ? Deux, peut-être. En attendant, rien qu'une aura suffit pour mettre le Kent en émoi. Une bouteille jetée du ferry de Calais en 2002 et retrouvée une semaine plus tard par une Anglaise, sur la plage de l'île de Sheppey. Mais sept ans pour retrouver l'auteure à l'amer. Entre temps, un livre "La lettre dans la bouteille" chez Michel Lafon. Conclusion : les écrivains ne lisent pas. Et si vous deviez balancer un message "in a bottle" en écoutant Police, qu'écririez-vous, là, maintenant, tout de suite, dans l'urgence d'un SOS ?

21 commentaires:

Juanito a dit…

Où êtes-vous ?
Vous me manquez !!

christian/pierrot a dit…

Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Et maintenant, je m'évade...

seb plein d'espoir... a dit…

Sur ce parchemin,j'inscrirai cette formule:"J'en veux encore...!".S'enrichir encore et toujours,avec gourmandise,de rencontres et d'émotions pour arriver ainsi mieux armé avant mon "Voyage au bout de l'enfer".

rugbymane a dit…

Je suis endormi, occupé ou au travail mais repasses quand tu peux...

Espace 181 a dit…

Pour le moment,
j'ai tellement mal au jour...
que le lendemain me fait mal.

Espace 181 a dit…

Dessolée pour l'espace 181, j'ai un problème avec le blog...
Je vais bricolez ça!
Bonne journée à tous!

Pierre-Olivier Carles a dit…

La même chose... mais avec quelques tapas pour agrémenter encore un peu plus la vie, s'il vous plait ;-)

cds emmêlé a dit…

Char, encore, de mémoire : avec ceux que nous aimons, nous avons cessé de parler, et ce n'est pas le silence…

seb près de la tere promise.... a dit…

Sur le recto de mon parchemin je reprendrais le grand Léo en paraphant "Thank you satan!" pour immortaliser le sempiternel combat entre "Anges et Démons".

Ritchie au fond du verre a dit…

Un message à l'eau. Pour cela, il faut être sur une île déserte et avoir envie d'être secouru. Moi, je vis sur une île peuplée d'amis, entouré d'amour. Et je n'ai pas envie que ça cesse. Et quand il y a des messages à envoyer, ils ne prennent pas à l'eau. Le rosé marocain, plutôt...

G.E. a dit…

Moi, j'opte par le bon rouge français siroté entre ami(e)s...

G.E. a dit…

J'opte par ou j'opte pour? Peu importe, le bon rouge reste le même...

G.E. a dit…

...et les bon(ne)s ami(e)s aussi!

winrab and C° a dit…

Alors ce sera "Une bouteille de rouge à la mer" !

Pascalou a dit…

"C'est une plage où, même à ses moments furieux,
Neptune ne se prend jamais trop au sérieux,
Où, quand un bateau fait naufrage,
Le capitaine crie: «Je suis le maître à bord!
Sauve qui peut! Le vin et le pastis d'abord!
Chacun sa bonbonne et courage!"

Ritchie qui déambule a dit…

"Je n'ai plus de message à partager. Aidez-moi !"
Mon esprit est vide. Ou alors trop occupé.
Il fait beau, le ciel est d'un bleu azur de Provence, le temps frais, les sentiers nous appellent.
Je vais donc en profiter pour aller marcher en douce compagnie pendant une heure. Deviser, philosopher de jardin, évoquer quelques voyages à venir, sentir de chaque seconde de ce jour de repos sans rugby, sans réunion, sans planning.
Qu'en dites-vous, de la Comme Fou ?

cds sourire et main tendue a dit…

Chéris le vide, dans ce monde de trop-plein il est l'aspir de l'être.

Emprunte des chemins qui ne vont nulle part.

Lumière d'automne.

Déjà.

Ritchie en campagne a dit…

Effectivement, j'en reviens. Du trop plein d'un espace vide. Crise épouvantail, filiation politique, grippe médiatisée, foot opium, starac...
Une heure de marche. Au soleil. L'air frais. Douce compagnie. Traversée de forêt. Chemin de traverse. A travers champs.
Où quand le vie de guingois retrouve le bon angle. Celui des minutes à chérir. Exactement, cds. Bonne journée à tous et à toutes.

seb promeneur.... a dit…

Ce matin petit déjeuner copieux au programme avec la lecture méticuleuse de tous les profils du prochain tour de france 2010,m'en suis avalé des pavés au chocolat,des croissants à la Mende et des pains aux raisins hors catégorie,le Seb un vrai ours des Pyrénées!Puis après un tel parcours suis allé me perdre "Dans la brume électrique" avec angoisse et bonheur sans "Laissez-passer" cherchant "L'appat",l'alibi ou le mobile au son bluesy de la Nouvelle-Orléans et le "L 627" dans la poche...ça change "D'un dimanche à la campagne",surtout que cela "Commence aujourd'hui"!!Hi hi.Oui je sais finalement le plus important de tout,sans "Coup de torchon",c'est d'humer chaque instant de "La vie et rien d'autre".

Espace 181 a dit…

Justement,
pas d'avion pour Budapest, grève, alors, je ne me plains pas... j'ai du temps pour rien faire...
puisque jusqu'à dimanche je suis en Hongrie...
Il fait beau dans cette solitude inattendue...

Ritchie en gris a dit…

Alors bouteille à la mer depuis la colline de Buda et la plaine de Pest. Magnifique ville. Avec un musée en plein air des statues et autres monuments de l'ère communiste. A environ une demi-heure de voiture du centre ville, direction sud-ouest. Etonnant. Ou alors un bain turc. A toi de voir, Rosa...