vendredi 21 janvier 2011

Rugbygate


Putaing, les copains de la Comme Fou, vous avez vu le scandale ? non mais des fois... Y parait que y'a des entraîneuses qui forcent les joueurs à se faire beaux pour s'en aller guincher à Marcoussis, chez le président de la République du Rugby. Quel bordel ! Va-y, mon fils, va-y ! Va te faire nettoyer par Saint-Marc... Quelle horreur... Le petit David Skrela qu'était trop vieux s'est fait faire un lifting. C'est son père qui voulait, pas lui. Mais il a été repris. Le gros Mathieu, lui, il a pas pu perdre des kilos, même en allant à la plage... Il est trop gros, trop gras, avec des bourrelets partout. Du coup, Monsieur Marc qu'aime les beaux garçons affinés ne veut plus de lui. Il n'a pas les tablettes de chocolat qui vont bien dans le dépliant publicitaire de Monsieur Max, le fameux "va te faire voir sur le calendrier grec". Clerc, c'est-y mignon, jeune papa, aurait retrouvé des cannes abandonnées sur le bord de la touche. Mais pas de Picamoles sur la liste du concile des Trente. Le picador d'Ernest est un dormeur du Wallon. Et toujours pas de vérité au fond Dupuy. Basta et Rasta restent à quai : Fall est tombé de haut et se contentera du Racing-Métro-dodo. Quant à Beauxis, ce n'est pas un beaudix, c'est pas moi kilassur, c'est le prophète de l'Essonne... Hey, ce Rugbygate, ça ne va pas nous faire gagner le Tournoi, moij'vouldi... Si on bat les Ecossais livrés en kilt, ce sera déjà bien, non ?

8 commentaires:

Antoine a dit…

En forme, Richard...
Et oui, le Bastareaud est persona gros tas pour Marc.
Notre Ba' Dodu à nous tiendra compagnie à Picamoles pendant la coupe du monde (ce sera commode, n'est-ce pas ?...

Ritchie tous azimuts a dit…

Ouh là, toi aussi t'es en forme ce mâtin... Va lire "Le pilier", et regarde "Boucherie Ovalie", c'est l'éclate... Ce sont eux qui m'ont inspirés, hier soir... Trop drôles...

Ritchie a dit…

Vous avez sans doute raison, Lièvremont ne vous inspire pas. Bien moins quer Guillard et c'est normal. Rien à dire sur ces Trente qui laissent tout le monde de marbre. On s'en fout de cette équipe de France. Elle joue mal, de toute façon... Mais attention, si jamais ça gagne et ça rigole contre l'Ecosse, on va passer pour des grincheux, des pisse-froid, des incompétents, des scrogneugneux, de nullards, des VIP... Je préfère ne pas y penser... Imaginez, six essais, des envolées, des relances, du lyrisme, le public de Stade de France debout qui chante, les femmes qui jettent leurs petites culottes, les hotesses qui dansents seins nus, une énoooorme Marseillaise grosse comme la sardine qui bouchâ l'entrée du porc, des mêlées qui avancent sur vingt mêtres, des groupés très pénétrants jusqu'à la moelle, une orgie de rugby et nous, sur la Comme Fou, qui faisions la gueule ? Oups, ça va pal faire, les zamiches.
On se trouve un autre boulot ?

Antoine a dit…

J'avais été emballé par le premier match de l'ère Lièvremont à Murrayfield. Mais désormais, je ne me fais aucune illusion.
Comme disait un de mes profs, on ne transforme pas des bêtes de sommes en étalons. Et surtout pas en quelques jours de rassemblement.
Donc, comme presque toujours lorsqu'il s'agit d'un France-Ecosse en ouverture du Tournoi, on devrait s'ennuyer ferme...

Seb nostra d'anus... a dit…

Qu'on soit ardent contre le chardon avec les seins en l'air entre les perches.Ou la queue molle,avec entre les jambes les couilles au sous-sol.Après le match avec Saint-Marc,un coup d'éponge magique en conférence et les journalistes (bonnes poires)seront lessivés recto verso,pour ne pas dire qu'ils l'auront dans le cul!Pour nous consoler en ce futur premier samedi du mois et du tournoi,chers amis je convierai pour vous en guise de troisième mi-temps version canal :"Les réparatrices d'anus".

Ritchie a dit…

Hey, t'es chaud bouillant, toi, mo salaud... Espérons que cette année 2011 ne sera pas un annus horribilis...
En attendant, tiens, je me paye un petit Disney, "le trou noir"...

Antoine a dit…

Arghhhh, tu m'as doublé, Richard...
Bon, on verra bien si cette année reste dans les annales...

Ritchie a dit…

Tu t'en sors pas pas mal, Antoine...