jeudi 4 octobre 2012

Que reste-il ?

Les multi-champions du hand français ont été découverts la main dans le pot de confiture, et c'est une nouvelle plume d'ange que l'on arrache. Cela dit, il n'en reste pas beaucoup sur le dos du sport français. Depuis que le foot a été mis hors jeu en 2010 et pour un bon bout de temps on peut le craindre, voici les Experts en pari dans la ligne de mire des brigades gendarmées, assis dans la balance de la justice.
Il n'y a pas de quoi se marrer. On aimerait tant, à la Comme Fou, que le sport soit un modèle de vertu, une boite à valeurs capable d'inspirer la société et on s'aperçoit, malheureusement, que c'est l'inverse : les vices du monde dans lequel nous vivons finissent par polluer le dernier oasis.
Le dernier ? Je déconne. Plus mon regard quotidien, mécanique, devient périphérique et plus le retour en soi, entouré de livres, de tableaux et de musique, m'enchante, préservé des affres, car il m'autorise à faire le plein de cette essence, l'art, sans laquelle j'ai souvent l'impression que nous rejoignons le veau. Cela vous fait le même effet ?

3 commentaires:

Antoine a dit…

Lu un papier de F. Bégaudeau dans le Monde. Manichéen dans l'ensemble mais une conclusion intéressante sur le fait que le sport est tout sauf moral, tout sauf pur dans son essence puisqu'il repose sur le jeu. Une belle problématique pour un travail de réflexion, non ?

Antoine a dit…

Et puis le salut aux membres de la Comme fou et en particulier à Gilles.
La bise les amis.

Ritchie a dit…

Le sport est aussi la métaphore de la compétition. Depuis toujours. Compétition entre villes chez les Grecs, entre nations depuis Coubertin. Entre en compétition c'est vouloir être le meilleur, le premier. Alors qu'il pourrait s'agir de s'améliorer et de tirer le meilleur de soi sans que ce soit au détriment de l'autre, des autres, ce qui n'est pas la même chose. Effectivement, un beau travail de réflexion...