jeudi 17 mars 2016

A table !

Maintenant, on sait. La France manquait de densité en troisième-ligne. Aveu du manager-sélectionneur Guy Novès. Il a (re)décalé Chouly en flanker, titularisé Goujon numéro huit et rappelé Le Roux. Ce qui donne l'impression de ne pas très bien savoir vers quoi on va et avec qui.

La question reste entière : le jeu ou les joueurs. Communeau, Prat, Villepreux préféraient la première option, Fouroux et Berbizier la seconde. Laporte et Saint-André n'en savaient rien. Et Lièvremont, comme Skrela, l'ont découvert sur la fin. Quand on n'a pas, comme les All Blacks, de jeu novateur à mettre en place, ce sont les joueurs qui pèsent.

Nous, depuis quelque temps, tournons en ovale : ça tombe bien, samedi, il y a du rosbif au dîner. On apportera l'ail. L'Anglais fait l'unanimité, source naturelle de motivation. Sauf que là, ami(e)s de la Comme Fou, il faudra y mettre plus que des joueurs, allons zenfants et la quinzième compagnie, il faudra aussi rivaliser par le jeu.

Comme en 2014. Essai de Gaël Fickou sur vingt temps de jeu, trente passes, quatre-vingt mètres et plus de deux minutes. On devrait se régaler. Quel que soit le vainqueur. C'est pour ça que le Tournoi est grand.

4 commentaires:

benoit a dit…

Que le meilleur cogne ( un match qui ne fait pas mal est un match raté, avait coutume de répéter le grand Oualtère, un type sans égal ( en troisième ligne s'entend. Et ceci est une façon d'adresser, au passage, un clin d'œil amical à Richard...) et même si l'écart est lourd à la fin, pour vu qu'au moins, on ne la perde pas "aux poings" ( je m'entends, hein.) cette rencontre.

On va gagner et vous savez pourquoi? Hein, alors-alors? Vous savez pourquoi? Et ben moi non plus!! Et justement. Ohu! Ohu!

Ritchie a dit…

Il va falloir autre chose que des vertus hormonales, samedi soir. Mais sait-on jamais... Sur un malentendu.

Sylvie a dit…

Eh oui le Tournoi est grand et Richard est son prophète ! ^^ Bon trève de plaisanterie, il faut absolument que les Bleus gagnent et vous savez pourquoi ? Parce qu'il en va du moral national http://www.scilogs.fr/l-actu-sur-le-divan/pourquoi-se-sent-plus-fort-quand-les-bleus-gagnent/... Là c'est pour le foot mais ça doit bien faire la même chose en rugby ? Ah ! l'effet de gloire : rien qu'avec Les Bleuets et les Bleuettes, je suis toute glorieuse- si! si! - mais paraît qu'on risquerait un coup de blues après une éventuelle défaite des Bleus ou de tout autre porteur de notre gloire nationale . Avec Lavillenie à Portland on a fait le plein, faut pas laisser retomber le soufflé allez zou ! hop ! faut prendre la vague . Bon match :-)

Ritchie a dit…

Les filles, oui. Elles vont nous sauver du marasme. Pour les Bleuets, j'apprends ce matin qu'il manquait dans le XV anglais des U20 une quinzaine d'internationaux, pas loin d'un Xv type, retenus par leurs clubs en Premiership... Oups...