samedi 16 juillet 2016

Hymne à l'avis

"Fureur et mystère", donc. Sur la plage. Faut être un peu maso, non ? Surtout en vacances. Pas assez d'en finir avec les derniers penseurs du prochain dictionnaire, en association avec Christophe, qu'il me faut lire cette somme poétique à la fois tendre et douloureuse, dans laquelle René Char "dénonce et fustige la petitesse (du devenir de l'homme...), en proie (à) une vision noire du monde, où la guerre, avec ses ravages, ses infamies, ajoute peu". Et je confirme la préface d'Yves Berger.

"Sommes-nous voués à n'être que des débuts de vérité?" interroge l'ancien deuxième-ligne ? En nos temps troublés, être un début de quelque chose serait déjà fort bien quand nous ne sommes que des points en suspension, jetés dans le grand n'importe quoi indécent et sanglant que nous traversons en aveugles, en sourds, interdits, muets de stupeur.

Tout le monde a son idée sur l'événement, surtout ceux qui en sont les plus éloignés puisqu'ils raisonnent sur réseau, tournent en boucle sur eux-mêmes pensant abreuver le monde, lequel n'est constitué que par leurs semblables, aussi peu instruits du recul que demande l'avis. Un peu plus loin, René Char écrit : "Un jugement qui engage ne fortifie pas toujours." Cet aphorisme construit mon appel à davantage d 'air, de vent, de souffle. Le chant des inventeurs.




4 commentaires:

Tautor a dit…

Belle image de "l'Albufera" qui veut dire "petite mer" en arabe !

Bien plus que "la vision noire du monde", il en est un ou le mystère règne et que chacun peut s'approprier à sa façon celui de l'après ou du prè ... j'espère que tous ces innocents, victime du fanatisme, ont été accueilli par "le Petit Prince" ....

"Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire ! .... Je ne savais pas trop quoi dire. Je me sentais très maladroit. Je ne savais comment l'atteindre, où le rejoindre. C'est tellement mystérieux, le pays des larmes"

Tautor

Ritchie a dit…

Hello Tautor, pour rester raccord, il s'agit d'une Albufera néo-zélandaise, située juste à côté de l'aéroport d'Auckland. Toujours ce clin d'œil au 14 juillet de l'Eden Park.

André Boeuf a dit…

Comme Benoit, je n'ai pas pu, pas su m'inscrire au nouveau "Côté Ouvert"...
Bonnes vacances et bonne continuation...
Et, peut-être, à un de ces jours vers Palaiseau ou ailleurs..
André

Ritchie a dit…

Hello André
Benoit y est parvenu sans être pour autant un arriviste ;-)
Tu devrais pouvoir nous rejoindre sur Côté Ouvert. C'est pas trop sorcier. Même moi qui suis nul j'y suis arrivé... Rien ne peut échapper à l'effort.
Cdlt