jeudi 31 août 2017

Sur du vent

Nous cherchons tous autant que nous sommes à nous échapper de notre ornière. Pour certains, il s'agit de s'élever. Pour d'autres de fuir. Chacun fait comme il peut. J'en connais qui font le dos rond en attendant que ça passe, d'autres qui s'éclipsent sans faire de bruit et qu'on ne retrouve plus. Les façons sont multiples, les résultats divers. Mais surtout ne jamais faire de surplace.

Certains trichent. Et parfois sans le savoir vraiment. C'est juste qu'ils ne peuvent pas faire autrement. Alors ils avancent et ils reculent. Ils bougent quoi, mais au final n'ont pas parcouru le moindre centimètre. Ils donnent l'impression d'être actifs mais c'est une illusion. Ils sont comme un rocking-chair, d'avant en arrière. Mais toujours installés sur le perron.

A vouloir absolument quitter quelque qu'endroit d'où nous sommes sortis, le risque est grand de se retrouver piégés ailleurs. Le désir est aveugle et nous condamne à errer si le voyage n'est pas bien préparé, pensé. Armé comme disent les navigateurs. Et c'est parfois la patience qui est la meilleure des armes. Le temps, quoi. Il ne s'agit pas de le laisser filer mais de l'apprivoiser.

Nous avançons lentement dans une vallée de vent, sur un étroit chemin qui borde une rivière dont le débit est parfois tumultueux. Devant nous, l'horizon est raccourci par le coude d'une falaise qui coupe un ciel clair. Wind River. Je vous conseille ce film. Le choc de la rentrée.

15 commentaires:

Anonyme a dit…

La vie selle son meilleur cheval pour la plus magnifique des promenades, peut être la dernière des aventures .Tout peut arriver et tout arrive!

Le beau temps tourne à l'orage, les fleurs des champs se transforment en buissons épineux et , sous les sabots ,les cailloux blessent. Il y en a des obstacles à surmonter! Des descentes au fond de soi, des peurs ,des douleurs ,des découvertes malheureuses, des coups du sort qui pourraient tout tuer! Tout s'emmêle , tout se tricote, se mélange pour ressembler à une purée pour sandwich britannique! On y pleure comme on y rit, et comme on y aime aussi.

C'est ça , la vie! Une succession de bons et de mauvais moments, elle est sauvage et peut désarçonner .Qu'on l'aime ou pas, on tient à la garder.

Si nous étions des chats, nous saurions toujours rebondir, même avec une patte cassée ou une oreille en moins. Nous pourrions les imiter et provoquer ce moment, auquel on ne croit guère quand le cheval s'emballe, où nous dirions à nouveau :"On n'est pas bien ,là ?".


Anorime

Ritchie a dit…

Excellent, Anorime. Mais vous avez sûrement un nom. Ici, le pseudo n'est pas de mise. Mais bon, toute règle mérite exception. C'est ça, la vie. Aussi...

zarma a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ritchie a dit…

Une velléité, peut-être ?

Ritchie a dit…

Par ailleurs, j'avais lancé l'idée d'un Crazy Ruck pour le mois de septembre, genre entre le 11 et le 14. Pas de réponse ?

André Boeuf a dit…

Pour ma part, septembre m'est bien encombré...Amitiés.
André

Ritchie a dit…

Merci pour ta réponse, André. Mais il semblerait que nous soyons seuls dans le désert...

André Boeuf a dit…

Seuls, peut-être pas quand même...Les vacances? La rentrée? L'usure? Le vieillissement et la fatigue; çà arrive, et malheureusement, plus vite que l'on aurait pu l'imaginer...

Anonyme a dit…

Parfois un petit coup de mou. Rien de grave.
Zarma, j'ai revu "L'éveil", moi aussi. Et le reverrai encore! C'est sûr!
Tiens , un autre encore qui ne peut laisser indifférent: https://youtu.be/WiGxFjmJbzs
Et pas que les Pocahontas!

https://www.youtube.com/watch?v=UBz2vR0oEa0


Anorime

zarma a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

C'est souvent dans le désert qu'on fait le plein! Quand sa traversée plante l'homme face à lui même!
Tiens , encore du bon!
https://www.youtube.com/watch?v=90hh5D-yqRY

Anorime

zarma a dit…

Oui, mais là, si on est dans le noir, manque le foot, non ? Plus dans le sens d'évent "civilisé" que du sujet .

Anonyme a dit…

Black feet?

Kia ora !

Ritchie a dit…

Alerte !!!
Crazy Ruck de rentrée le jeudi 21 sept. 12h30 chez Henri Rue Princesse...
Qu'on se le dise
Qui en sera ?

Antoine Aymond a dit…

I I sir !