mercredi 28 mars 2012

600 milliards

Il y avait le film, "300". Et maintenant le pamphlet. "600". Écrit par Antoine Peillon, journaliste, le frère de qui vous savez. Il ne s'agit pas de spartiates bodybuildés mais de milliards d'euros. Ceux qui manquent cruellement à la France, ceux de l'évasion fiscale organisée depuis plusieurs décennies. 600 milliards correspondant environ à dix pour cent du patrimoine français. Tout le monde (police, fisc, renseignements) sait et savait, personne n'agit. Et pendant ce temps, on nous bassine avec le trou de la Sécu... Livre courageux, solide enquête. De quoi occuper votre week-end.
C'était la chronique des choses qui fâchent et qui vont finir par mettre les cochons de payeurs vraiment en colère si ça continue comme ça...

13 commentaires:

Ritchie a dit…

Et un appel de une dans le Nouvel Observateur de cette semaine... A lire. Absolument...

Ritchie a dit…

Putaing, ça ne vous inspire pas, l'évasion fiscale, on dirait, hein ? Pourtant, y'a du bon monde chez les footeux...

Seb en Ovalie... a dit…

A Fresnes,je suis quotidiennement et idéalement placé ou côté pour évaluer les évasions de la bourse ou de la vie!Plus jeune je cotoyais également les paradis artificiels,sans parachute doré,l'atterrisage était plus délicat.Aujourd'hui je m'évade musicalement avec émotion pour rejoindre Dominique A "Vers les lueurs" magnifique album d'éclaircies nocturnes où les maux et les mots se confondent au zénith de la production française alors que les gars précités dans le sondage subissent je trouve "Du mou dans la gachette"...

Gilles2 a dit…

En ce moment, je suis plutôt comme Clint, "L'Homme des Hautes Peines"...
Alors "La grande évasion", qu'elle soit fiscale ou pas... D'autant que si les noms changent, les pratiques demeurent les mêmes, depuis toujours.
Pour en revenir au grand Léo (sans Aragon cette fois-ci), "quand c'est fini n/i nini, ça recommence..."
Je dois avouer que j'ai revu "The yards" cette après-midi. Et si James Gray a droit à tous mes suffrages (période d'élections oblige!), on ne peut pas dire qu'il nous serve "les lendemains qui chantent"...

Ritchie a dit…

Ah ben voilà, quand ça vous chante... J'évoque ce livre parce que l'auteur est un ami. Et que ça se lit comme un polar. On ne peut pas le lacher une fois la première page lue... Expérimentez, vous confirmerez...

Tiger VO a dit…

Morose votre prose, les gars.
Le soleil brille, pourtant, et si je puis me permettre un conseil, mon cher Gilles (sous le contrôle de Seb évidemment), une petite séance de Groundhog Day (Bill Murray et Andie MacDowell) et/ou Fields of Dreams (James Earl Jones et Kevin Costner), voire Finding Forrester (Gus Van Sant, Sean Connery) devrait mettre de l'onguent sur tes plaies.
Pour ce qui est des milliardaires, laissons les se noyer dans leur opulence et continuons à brasser, difficilement mais avec la quiétude des bienheureux...
À jeudi!

Gilles2 a dit…

Oui, oui cher Tigre, j'avais adoré Forrester (mon côté "midinette")... Tiens, tu m'as redonné le sourire comme un soleil

Seb en Ovalie... a dit…

Gilles,je te rejoins volontiers au Gray de tes envies...Soleil ou pas,mes amis,tout ne va pas si mal tant que "La nuit nous appartient"...

Gilles2 a dit…

Ah oui, lézarder au soleil de Brighton Beach, au fin fond de Little Odessa, en compagnie de Two Lovers, quel programme...

Gilles2 a dit…

A propos de Brighton Beach, qui se souvient de "Brighton by the sea" la plus longue chanson qui soit (6mn?), écrite par mon vieux pote Etienne Roda-Gil pour Mort Schuman?

Ritchie a dit…

Ah non là j'avoue que j'ai dépassé mon seuil auditif... Trop fort, Gilles !

Frederic a dit…

A.Peillon "live" sur Europe1 en ce moment....

Ritchie a dit…

Oups, j'ai raté les missions