mardi 28 janvier 2014

Vite, derrière

Ça fait longtemps qu'on n'a pas vu des fusées de ce calibre en équipe de France. De rugby, s'entend. Dulin, Palis, Bonneval, Fickou, Fofana, Huget... Ils vont tellement vite, ces attaquants-là, que Maxime Médard fait figure d'anémique. On pourrait presque aller défier les Jamaïquains dans le relais 4 x 100 tellement ça carbure. Mais voilà, PSA, Lagisquet et Bru auront-ils le culot de les sélectionner en bloc ? D'entrée de jeu, face à l'Angleterre, au Stade de France ? On en rêve. Il y a quarante ans, à Colombes, personne ne s'était gratté trop longtemps pour associer Villepreux, Lux, Maso, Duprat et Sillières. Résultat : 37-12, la plus grosse branlée jamais infligée aux Anglais. Autres temps, autres moeurs ? Pas sûr. Et vous, vous choisiriez qui pour samedi ?

2 commentaires:

Ritchie a dit…

Bon, il y a des jours comme ça où je me demande si je vais poursuivre ce blog, qui me prend quand même pas mal de temps.
La période est propice au travail pour ceux qui en ont, voire même au delà du raisonnable. Nous sommes de moins en moins nombreux à faire un boulot qui normalement est pour deux. Mais bon, là, aucun commentaire. Il faut croire que mes posts sont nazes. Ou alors trop haut perchés. Reste que je m'interroge.

Madame Winrab a dit…

Continue Ritchie, continue, même si oui, c'est vrai, c'est quelque fois haut perché. Mais ça fait du bien.