lundi 14 avril 2014

Les bonheurs de l'autre

Certains déjeuners sont des voyages. Par l'entremise et non l'entremet du Landais Vincent Péré-Lahaille, Kally et Ritchie se sont - enfin - rencontrés. Ils s'étaient déjà reconnus, depuis longtemps, 2007, aux origines de ce blog de fous, via l'azerty. Mais de visu jamais. Chose fête. Chez Henri, ce lundi. Et ce n'était pas spaghetti, garanti. Plus roboratif difficile à savourer. Nous avons évoqué Jeantet, Harté, Mezergues, Espagnet, les chantres du rebond stylé de l'amitié, du stylo allumé. Et puis impossible de se quitter. Vous connaissez, ami(e)s de la Comme Fou. Alors direction rue Seguier, chez Atlantica, pour y écumer un cigare aux lèvres, faire table rase de bouquins, pas très loin de la Table Ronde, en chevaliers des mots.
En rentrant vers l'Essonne, j'ai dévoré le dernier Mazzella, "26 villages pyrénéens", faisant route avec Vian, Mérimée, Dali, de Vigny, Loti et même Jonas la baleine, compagnons de voyage en RER, Saint-Michel - Palaiseau.
En montant, pedibus, de la Seine vers le plateau de Saclay, 300 m de dénivellé (la tour Eiffel, quand même, hein), je me suis pris à aller de Pasajes à Cadaques. C'est tout le talent d'un auteur que d'inclure le rêve dans le réel. C'est prendre de la hauteur. Et son lecteur avec lui. Convoquer ainsi les Pyrénées en Essonne... Il y a toujours un marcheur qui semelle en nous. Merci, Léon, pour ces pas appats. Et les ortolans, la poitrine des femmes, la crosse calée sur l'épaule, bref, ce qui ne se dit plus en compagnie mais que les hommes apprécient.

7 commentaires:

Unknown a dit…

C'était un peu notre traversée de Paris sans mots-dération… Un paseo ventre à terre, la bouche ventilée au degré supérieur, de la Rue Princesse à la Rue Séguier. Une descente de front, à contre-sens, sans hésiter, guidée par ces hédonistes de la plume que même un 33 tonnes n'aurait su dévier de leur divine trajectoire.

Ritchie a dit…

Putaing oui, j'avais oublié : nous trois de front sur la bitume tel "il était un fois dans l'ouest" germanopratin. Merci encore à toi, VPL, pour avoir bien négocié ce regroupement.

léon a dit…

Merci à vous deux, compañeros d'errances chaloupées d'après verres. A l'âge de raisin, nos toros imaginaires ne s'ennuient plus le lundi, dans les rues sans gêne du sixième arrondissement, et ce ciel bleu réconciliant avait en effet un air de Sergio Leone. Caminando comme trois Lorca un rien gitans, la fumée blanche s'échappait des havanes, emportant nos rêves à l'unisson de cuisses qui eurent fui sous nos mains comme des truites effrayées.

Ritchie a dit…

VPL et Léon, voici donc venus deux nouveaux membres actifs de la Comme Fou que nous auront le plaisir d'accueillir au prochain Cazy Ruck... ;-)

Antoine a dit…

Belle nouvelle que cette chaîne qui s'agrandit de nouveaux maillons :-)

Anonyme a dit…

Je salue à l'harmonica,sur la palissade du quai désert,soufflée par le vent,ces deux nouveaux cowboys venus de l'ouest,en plein phares,prêt à dégainer des salves qui seront nous plomber d'enrichissements,nos cerveaux habitués juste aux 6 coups de midi! Avec Vincent et Léon "Il était une fois la révolution" !

Frederic a dit…

Voilà de belles nouvelles !