lundi 8 février 2016

Plaisir d'offrir

Gonflé, ce week-end passé à suivre les rebonds de ballons. C'est un métier mais aussi une passion avouée. France-Italie tout d'abord au Stade de France verrouillé comme tour de ruck. Pour la première fois vécu à la façon supporteur, arrivée aux abords à l'heure de l'apéro entre amis et parler de ce match comme de l'opportunité d'une rencontre. Le XV de France s'est trouvé un buteur et un ouvreur sous le même maillot dix. Un ailier hors normes aussi. Et une victoire inespérée. C'est déjà ça. Même si vous pensez, de la Comme Fou, que l'équipe de France battra ensuite l'Irlande et l'Ecosse sans coup férir.
 
Puis vint Irlande-Galles, certainement le meilleur de la première journée de ce Tournoi post-Mondial, affrontement sans répit, les temps forts succédant aux belles occasions. Score de parité et vraiment pas nul. Puis déboula Marseille-PSG pour vite se réduire à de petits pas et des grands ponts, parfait pour relancer le dimanche avant le Super Bowl.
 
Et là, pas de bol, une finale fermée sous un ciel dégagé, parole à la défense, quaterbacks démontés, et des "flags" - l'arbitrage vidéo américain - jetés par dizaines. Autant d'arrêts de jeu bien utiles pour faire le plein de pizzas, de bières, de doritos et de cidre, de gâteau et de vin sud-africain. Bref, le Tigre sait recevoir. Il est six heures du mat' et je vais me coucher, ami(e)s, en savourant cette légèreté de l'existence rythmée de buts, de passes et d'essais sur fond d'amitié. 

6 commentaires:

Seb en Ovalie... a dit…

Un tournoi où les nations s'entremêlent, une réception qui vaut tous les yards, ça me laisse fort rêveur ! Un week end de super bol, où j'ai la chance de vivre d'amour et d'amitié, que demander de plus ! Car "Tant qu'il y aura les hommes"...

Sylvie a dit…

Apparemment c'était plus "tant qu'il y aura de la pizza", Seb ;-) Ici c'était la tempête, l'ouragan, l'orage bref plein de bonnes (?) raisons pour se la jouer canapé/TV sans culpabiliser - ou si peu - J'ai fait presque aussi bien que toi Ritchie, mais j'ai vu aussi Toulon-Sharks ( bof )et Racing -Highlanders ( très bien surtout les commentaires d'Eric Blanc très fendards, pas la langue de bois ! ) sur l'Equipe 21 , et Ecosse-Angleterre : ça c'était awesome ! Ca faisait presque peur après France-Italie de voir jouer à une telle vitesse et une telle justesse . Peur pour nos petits poulets pas encore armés pour ça mais vont beaucoup apprendre à leur contact - je mets au singulier mais ça sera au pluriel alors faut se préparer les gars -
Le masterpiece c'est Irlande-Galles qui poussent l'égalité parfaite jusqu'à perdre chacun leur buteur respectif !! Garcès encore une fois excellent au sifflet . Bref le rugby est un sport définitivement British et nous autres Latins nous allons faire de la figuration cette année, mais de la figuration intelligente j'espère .
J'ai fait l'impasse sur le Superbowl : y'avait plus de pizza !



Ritchie a dit…

Ah non quand même pas les matches gigots haricots anchoiade nems...
Faits pour remplir les caisses et regaler les partenaires...
Pour Irlande - Galles oui. THE game of the week tous ballons confondus...
Ça va piquer samedi au SdF

christophe a dit…

Attention au ballonnement par excès de gonfle ! J’étais quant à moi à Cognac pour ce France Italie, dans un petit hôtel avec vue sur la pluie et le XO. Bon, c’est vrai, à voir les irlandais et les gallois, on se dit que ça va être dur pour nos cadets mais tant qu’il y a de l’eau de vie… A part ça, j’ai fait comme Sylvie, j’ai vu Toulon et Laporte profiter du lancement de ses jeunes dans l’équipe pour se relancer, à la fin du match, dans sa candidature à la FFR. En tant que joueur, plus que jamais on doit se sentir pion à Toulon. Indécent. Indigeste. Au fait, Superbowl ou Superbouffe ?
Bonne semaine à tous et à samedi les ami(e)s !

Sylvie a dit…

Tiens Richard, à propos de nems c'est le Nouvel An Chinois aujourd'hui, par jeu je suis allée voir de quels signes était notre fringante charnière Bézy-Plisson - oui parfois je me fixe des missions comme ça . Je n'aurais jamais dû car ce sont deux .... chèvres . (véridique )
Ah destin funeste ! comme on dit dans World of Warcraft. Malédiction ! comme disait le capitaine Haddock . Puting ! comme dirait Ritchie . (cochon chinois comme moi )
Faut prévenir Guy. (cheval)Surtout ne rien laisser filtrer chez les Rosbifs.
Mais bon en bon bélier du zodiaque occidental je ne crois pas du tout, mais alors pas du tout à l'astrologie .
PS : par acquis de conscience j'ai vérifié pour Arnaud Mela ; c'est une chèvre aussi

benoit a dit…

Ah..."les dires étonnants des astrologues" comme l'écrivait ( et l'écrivant, justement, pas certain du titre exact, vous vérifierez, au cas où, les zami(e)s. Mais oui...)

Pour ma part, je n'ai vu que deux rencontres. Le France-Italie et peu de dire qu'il m'a réjoui...puisque c'était tout à fait le genre de match imparfait et comme déjà tourné vers l'avenir...et puis des passes, une envie de "produire du jeu" ( J'entends encore souvent la voix un peu nasillarde de Serge Lairle invoquer cette formule, alors très toulousaine ( n'allez pas croire que. Je sais bien que personne ne peut- ne pourra jamais- surtout pas du reste- se prévaloir d'avoir inventé le rugby et que toutes les formes de jeu se valent bien. Oui mais bon...) et en user alors comme d'un mantra. Et tout ceci se passait, au mitan des années 90, au siècle dernier. Et pendant ce temps-là, un ancien ailier au visage griffé d'angoisse usait auprès de tous les Richard Castel de l'univers, déjà à voix basse, de certains ressorts de motivation...Mais j'avais dit que le mardi, ah ça mais, serait dorénavant une journée placée sous les bons auspices de la nostalgie joyeuse), de produire du jeu et de passer enfin à autre chose.

Le match ne fut pas exceptionnel? Et après? Après c'est l'Irlande...et L'Irlande c'est l'imaginaire...L'autre rencontre, il s'agissait bien sur d'Ecosse-Angleterre...Je me régale toujours autant du jeu "perdu-pour-perdu-alors-relançons-car-il-faut-zouer-zouer-zouer-mais oui-zouons-peu-ou-proue-nous zautres-les-zécossais-contre-ces-vils-et-preux-zanglais" et de tout ce panache, hélas bien blanc-bien vain, écossais...Si nous pouvions leur sous-louer l'un de nos avants bourrino-bourrin rangé des cadres, oh mais juste cinq minutes par mi-temps, nuls doute qu'ils...les jouer ne sera d'ailleurs pas simple, m'est avais et ma foi, tant mieux...Le pack anglais, tudieu, c'est déjà aussi imparable et assommant que leur Swing machin...Irlande-Galles, ah j'aurais bien voulu...mais je bossais- un petit extra comme on dit dans ces métiers...allez zou bombez!!