lundi 11 juin 2018

6. Un médium nommé McLuhan

A quelques heures de la sortie en librairie du «Dictionnaire des penseurs» aux éditions Honoré-Champion, il est temps de clore notre petite saga apéritive commencée il y a deux mois. Après Joseph Weber, Emile Borel, Olympe de Gouges,Henry Thoreau et Etienne de La Boétie, voici l'histoire d'un philosophe, sociologue et enseignant canadien dont les travaux sont autant de portes de sortie sur la toile.

En pleine guerre froide, alors que les Etats-Unis et l'URSS installent un téléphone rouge pour relier Washington et Moscou, Marshall McLuhan (1911-1980) écrit une phrase qui ne cesse de résonner depuis : «Le message, c'est le médium». Célèbre pour avoir fondé l'étude des médias et théorisé les systèmes de communication, ce chercheur nous exhorte à prendre le contrôle de la gestion des messages que nous émettons et que nous recevons.

Nous avons inauguré le règne de l'immédiateté depuis qu'internet relie désormais tous les parties du monde, même les plus reculées, pour former ce que McLuhan appelait vingt ans plus tôt «le village global». Et notre univers se rétrécit chaque jour davantage à mesure que gagne l'interconnexion. Il ne s'agit plus de capter des contenus mais bien d'éviter leur intrusion. L'emprise des médias dans notre sphère privée et intime développer ce que McLuhan considère comme «une projection narcissique subliminale» : je communique donc je suis.

Soumis au dictat du medium, l'être humain serait donc menacé d'appauvrissement intellectuel, et nous approchons rapidement, assure McLuhan, de la phase finale au cours de laquelle l'homme sera transformé en hybride, sa conscience simulée, après avoir été stimulée, par la technologie. Les travaux de ce visionnaire préfigurent l'horizon 2030. A ce moment-là, notre cerveau - et plus seulement notre ordinateur, notre voiture, notre montre et notre domicile - sera connecté à internet.

7 commentaires:

André Boeuf a dit…

Non.

Ritchie a dit…

Non quoi ? ;-)

André Boeuf a dit…

"Non, rien de rien,
Je ne regrette rien."
Quelques fausses manœuvres, c'est sûr! Mais, finalement, à quelque chose malheur est bon et il n'est pas mauvais de dire "non" d'entrée....C'est d'ailleurs un des premiers mots -sinon le premier- émis par le petit enfant.
J'en reste définitivement à Henri Miller dans "Le Colosse de Maroussi" et ne peux en aucun cas valider cette image, pas totalement fausse, presque bien vue et quasiment amusante, de "village global". Ni à cette projection vers une connexion quasi totale.
Par ailleurs, j'ai été beaucoup intéressé, dans une autre vie, par l'école de Palo Alto et en particulier par Paul Watzlawick et sa "Réalité de la réalité".
Le voyage n'est pas le but, c'est le chemin, d'accord. D'où, la communication n'est pas le contenu mais le moyen lui même, O.K. Mais ce ne sont que des images et pas le tout de la chose...Heureusement que la vie est plus diversifiée et compliquée, même si elle tend, apparemment, à se concentrer et à se simplifier.
Je ne connais pas ce McLuhan. J'ai jeté un coup d’œil sur W. et il m'a paru intéressant. Le fusil, extension du bras armé; livre, extension du verbe dit; auto, extension du corps lui-même; informatique, extension du cerveau.... Bien sûr, toutes ces créations, évolutions sont des projections du monde intérieur de l'homme en relation/observation avec celui qui l'entoure, cet Univers mystérieux.
Bref.
Tu le mets quand sur le marché votre bouquin?

André Boeuf a dit…

Je lis dans "Le Monde" du jour la confirmation de la "chute de l'intelligence"...?! Autrement dit, fusil = perte de force physique; littérature = perte d'expression verbale; auto = perte d'autonomie; et informatique = perte d'intelligence, évidemment, puisque projetée hors de soi...?!

Ritchie a dit…

Hello André,
le livre sort le 14

André Boeuf a dit…

Sur France Inter -Charlène Vanhoenacker- un sujet sur l'agriculture avec un petit passage sur les vaches hyper connectées..

Ritchie a dit…

On y est déjà donc