dimanche 25 octobre 2015

La Pape Carlos

C'est mon ami argentin. Carlos Martinez. Huit Coupes du monde au compteur. Le record absolu. Il est le dernier des Mohicans, le seul à huit accréditations pour un seul et même support, La Manana. Le quotidien de Cordoba. Je suis juste derrière lui, avec sept pour L'Equipe. Carlos a 65 ans. Il a commencé ce métier à l'âge de 23 ans. Depuis 25 ans, il est le correspondant argentin du Vatican pour Reuters.

Carlos parle quatre langues, anglais, espagnol, italien, français. Il connait tout sur tout le monde. Sait exactement sur quoi vous écrivez. Peut vous citer des extraits d'un article publié il y a quinze ans. Affable, élégant, souriant. Cet homme est habité par la grâce. Il est aussi celui qui écrit sur Ferrari pour les aficionados argentins. La carrière de Reuteman, par exemple, il en a fait une épopée.

Mercredi 5 novembre, il sera reçu par le Pape François. Son compatriote. Dans sa résidence privée de Santa Marta. Quinze minutes. Une éternité. L'ultime station de ce journaliste hors normes, vieille école, des comme on n'en fait plus beaucoup. Avant sa retraite. Le Pape, il le connait de Cordoba. "Il a passé deux ans chez les Salecianaos," glisse Carlos, histoire de.

"Le rugby, c'est ma vie. Un choix de vie", assure-t-il. Son joueur préféré ? "Zinzan Brooke. Et aussi Denis Charvet." Les artistes. Incompris. Il m'aime bien, aussi. Garde des photos de quand j'avais les cheveux longs et les idées courtes. Me parle du Che "Ouvreur. Excellent à la main mais nul dans les tirs au but. A cause de son asthme. Il ne pouvait pas se concentrer pour buter. La respiration..." On ne devrait jamais oublié de respirer un bon coup. Carlos, j'espère que les Pumas iront en finale. Pour toi, mon ami. Un abrazo.

22 commentaires:

Christophe a dit…

A son âge tu auras donc une coupe du monde de plus à ton actif :-)
Merde c'est l'Australie qui va gagner demain... Ben oui quoi, souvent l'équipe "coup de cœur de Richard" perd à la suite... Japon, France, AdS...
Dommage j'aurais bien aimé voir All Blacks Argentine, mon premier choix depuis les matchs de poules...

Tautor a dit…

Christophe,
sauf erreur de ma part, à 65 ans, Papy Ritchie aura 2 coupes du monde de plus à son actif on l'appellera "Don Ritchie Gaucho" el duegno de la Copa !! mais de laquelle ? sourire
Il en faut des Carlos car ce n'est pas en écoutant Christian Jeanpierre et Laporte qu'on rentre en religion !
Tautor

Seb en Ovalie... a dit…

Oui Tautor quand on pénètre l'autel de TF1, nous sommes bien loin du Pape Carlos, que nous croque si bien Ritchie, grâce, humilité et amitié les dieux dans les dieux, la vocation ovale chevillée à la plume, des "comme on en fait plus beaucoup" on te croit comme parole d'évangile...Moi qui espérait voir les Aussies atteindre la finale me voilà bien embêté, car sans faire le Jacques je le confesse, je n'ai nullement envie de "Voir un ami pleurer"...

Christophe a dit…

@Tautor
En 2019 RE = 60. Compteur coupe du monde = 8
En 2023 RE = 64 Compteur coupe du monde = 9
Sachant que 9-8=1 alors si Carlos rempile pas en 2019 Don Richie sera à +1.....
Et nous on dira "on le connaît!"

Tautor a dit…

Christophe, Seb,
je ne suis pas un mathématicien ! Mais si Carlos s'arrête "Don Gaucho" aura donc 2 coupes du monde de plus donc une de plus que "Don Carlos" nous sommes donc d'accord !! Et Habana ne dépassera jamais le mythe Lomu quoiqu'il reste la 3e place à disputer ... Bon pour l'histoire ce serait bien qu'il soit ex aequo !
El Gaucho ne pourra pleurer que de joie dans les bras de sa moitié ce qui est plus important qu'une finale !
El Tautor

Ritchie a dit…

Hola amigos !
Vamos Argentina. Normalement je ne peux ni ne doit prendre position mais bon là c'est spécial, hein ? La famille, quoi...
Pour ce qui est des Coupes du monde, franchement, 2019, pas certain que j'en sois. Quatre loin, c'est loin. A suivre... En attendant, "Mourir couvert de gloire".

Sylvie a dit…

J'ignorais totalement que le Che aimait et pratiquait le rugby, un toubib qui fume le cigare ET qui fait du rugby à part Tautor ... je vois pas . Il avait même fondé une revue "Tackle", nul doute qu'il serait sur ton blog Don Ricardo, "El Gaucho" . Lui a porté plusieurs surnoms : Fùser ( le furibond parce qu'il plaquait comme un fou furieux) plus tard Chancho ( le cochon en raison de sa tenue délibérément négligée et toujours sa férocité plaquante) . Les témoignages sont contrastés : l'un le voit demi de mêlée, l'autre plutôt 3/4 centre . On lit encore des histoires magnifiques : “Un jour, pendant des jeux interuniversitaires, j’ai entendu un dialogue que je n’oublierai jamais. La sélection de rugby de la faculté de médecine [le Che se destinait à devenir médecin] devait jouer. Un type a demandé pourquoi Guevara ne jouait pas, et un autre lui a répondu : ‘Il fait une révolution au Panamá’”
Ceci encore de Pichot après.... oui enfin vous savez bien la rouste ! « Je vois un lien entre son amour du rugby et le nôtre, entre son désir de changer le monde et notre désir d’être reconnus par les instances internationales comme des joueurs nobles qui méritent d’être traités comme tels. J’aime également penser qu’il apprécierait notre parcours durant cette Coupe du Monde. » Que dirait-il sur leur parcours cette année !
Allez son cigare préféré un Montecristo N°4 (Petit Corona) Ritchie, Vamos Argentina !

zarma a dit…

Le Pape François, lors de sa première messe papale à la chapelle Sixtine, le 14 mars 2013, a cité Léon Bloy (« Celui qui ne prie pas Dieu prie le diable. ») ; j'aurais préféré, dans la lignée qu'il nous démoutonne avec du Bloy Casarès en rappelant son invention ! Espérons pour débrayer autrement que sur un suaire, les rastraedors, les chasques, et tous les payadors seront comme los (quince) locos de Roberto !

Sylvie a dit…

Superbe Zarma, et toute l'Argentine en 4 lignes ! Est-ce l'Espagne en nous qui pousse un peu sa corne ? Mais la CDM qui danserait un tango brûlant au lieu de cette bête valse de Matilda, le fuego sud-américain embrasant les travées anglaises....

benoit a dit…

Je m'en voudrais également de prendre partie, mais j'aimerais mieux l'Argentine en finale. Ce serait nettement pumaran que l'Australie. Je sais bien que c'est dimanche mais je n'ai jamais pu trop piffer( oui je les ai toujours eu dans les nez. Qu'on me pardonne, s'il vous plait. )l'australien et sa dégaine de surfiste...Après, bonheur quand je constate que vous avez la très bonne idée de convoquer Léon Bloy et d'autres princes consorts( avec lesquels il fait d'ailleurs toujours bon rentrer)comme jokers médicaux...Enfin, Augustin Pichot...et alors mon cœur de me sauter trois battements...Suerte.

Jean Michel, Pomasson a dit…

Le joueur de rugby et ses suiveurs sont notre fiction. Un désir de vie meilleure; notre Puerto Éden.
Dans le théatre grandiose de cet aprem vivra un homme de la pampa "tantôt infime comme une brise, tantôt puissant comme un vent d'Ouest" possédé par l'âme collective de cet équipage franchissant son Cabo de Horno et qui ne s'éteint pas...même si sa carcasse gît ce soir, échouée sur l'herbe cruelle.
C'est où la Patagonie ? S'exclame Orllie-Antoine 1er, notre français du coin, roi des couillons qui aura mis, décidément, toute son intelligence au service de sa propre destruction... A-t-on déjà vu graine d'espoir germer dans le creux d'une pierre ?
À chacun sa terre de feu.

Tautor a dit…

Le Che, asthmatique depuis tout petit, n'a fumé que les 10 dernières années de sa vie des Upman, Partagas et des Cohibas dont le nom fut créé en 1965 ou 66 ... il en fumait depuis 3 ans et il les trouvait excellents !! Et Fidel fumait des Lanceros, ..autant dire qu'à tous les deux ils ne fumaient pas de la vulgaire gauloise !! Comme quoi ça sert d'être apparatchik !!!
Tautor

Tautor a dit…

Buenas tarde Senor Gaucho
sage décision que de rentrer au bercail ! Au moins tu ne vas pas pleurer comme Senor Hourcade
suite logique du Four Nations et de la Bledisloe Cup 2,5 mois plus tard ... Intéressant de superposer les matchs de top 14 à ceux de la coupe du monde ce qui permet de visualiser pour quoi nous sommes la 8e nation mondiale et peut être bientôt entre la 8e et la 12e place ... le fossé se creuse inexorablement .... pas de "dernier tango à Paris" mais "Mad Max" est de retour et devra faire atention au "Seigneur des anneaux" !!
Tautor

Tautor a dit…

Une pensée émue pour Carlos cet œcuménique journaliste qui a vu les siens s'effondrer à la lisière de l'infini jaune reflétant le coucher de soleil laissant la place au tango nocturne de la boca et à ses aficionados.... Olé !
Tautor

Seb en Ovalie... a dit…

Oui Tautor, le "Retour du roi" Escot en Terre promise, celle du milieu dans la charnière familiale ! Mais pour écraser la fougère argentée il faudra la version "Mad Max:Fury Road" !! hi hi Et je te rejoins sur le désespérant niveau de jeu inquiétant, point au Top, même à 14, aussi lent que "Jauja" la beauté visuelle en moins ! Pour (nous)combler ce fossé qui se creuse inexorablement il faudra le regarder "Dans ses yeux" et trouver "Le médecin de famille" pour guérir notre rugby avant de retrouver un XV de France en mode "Les nouveaux sauvages"...

Sylvie a dit…

Tu as raison Tautor, Carlos, Hourcade, Pichot, tous les Pumas effondrés . Ajoutons les Ecossais doublement déçus ce soir . Et moi aussi . On aurait dû se méfier, après tout le tango c'est triste .

Ritchie a dit…

Hommage de Cheika à Hourcade. "Je suis fan du rugby argentin, du chemin qu'il prend, du jeu qu'il développer. Les Argentins nous défient en allant dans les canaux intérieurs (traduction littérale que je garde)." Les canaux intérieurs. C'est comme cela que parlent les coachs aujourd'hui. On dirait le rivage des Syrtes. Hein Benoit ?
Pom, Sylvie, Tautor, Seb, Zarma, vous apporter un vent neuf sur ce blog qui m'est très personnel, vous l'avez compris, et ne compte que des proches, des amis, des fervents, des purs, des durs. Ma famille de cœur. Et pas seulement ovale.

benoit a dit…

Oui...la forme d'une ville, aussi...mais il n'était pas uniquement question de rugby, hier...distancés, les pumas reviennent et pas en jouant à la petite semaine, en plus de ça...corps broyés, il s'accrochent à cet "en plus" qui s'appelle, aussi, l'esprit d'équipe ( et à la lumière de beaucoup de rencontres de cette CDM, l'ombre fantôme de notre petit mental, planera, il me semble, encore longtemps. Cela ne suffit pas, bien entendu, à tout expliquer. Bien entendu. Mais, après coup (si je puis dire), ça me frappe d'autant plus, ce manque criant ( Pleurnichant. Beaucoup de nos joueurs sont des gamins et gageons que le rugby en fera sous peu des hommes.) de dureté et cette absence totale de révolte- de volonté de rébellion (en relisant toutes les belles anecdotes- j'apprends plein de choses grâce à vous!- à propos du Che, et je me repasse sept fois en bouche la phrase d'Augustin Pichot citée par Sylvie ( Il est un grand lecteur de Borgès,entre autres, Augustin, il me semble...Et défier le Labyrinthe en rejouant dans les canaux intérieurs...ouais, ça a de suite de la gueule!), je me dis que ces joueurs-là sont dans une autre dimension humaine. Ils appartiennent à ce que je nommerai, ce matin, entre miettes et poils de chat, l'outre rugby ( ouais j'emprunte deux secondes le cuir à Soulages)) et oui, l'esprit d'équipe, autrement dit l'esprit de corps, justement, soit une autre façon de rendre les muscles pas plus bêtes qu'ils ne sont...Hier, les argentins ont livré une partie magnifique et je sais bien que vous toutes et tous,ici, savez pourquoi...Parce qu'il s'agissait vraiment d'un "match d'âme."

benoit a dit…

Mais oui, dans tous ces sports collectifs de combat avec circulation de balle autour(et par là, toujours ce même cycle...désir de porter la violence- l'idée de mort que ça sous-entend- contrebalancé par cette envie folle d'exister et de vivre symbolisé par le mouvement)il ne suffit pas de jouer contre quelqu'un, il faut aussi être capable de jouer pour "quelque chose."

Sylvie a dit…

Twicks est un temple vous le savez bien Benoit, et pourtant hier il y eut une messe . Et là, le public de Twicks ne se trompe pas, il s'enflamme pour la Cause Argentine, pour ce qu'elle veut dire au fond : et si .... ? Et s'il y en avait assez du pragmatisme et de l'efficacité des uns au profit (!!) du romantisme, d'une idée du rugby (de la vie) qui nous dépasserait tous . Principe de réalité contre rêverie ; ça ne passe pas, mais pour un instant, pour un instant seulement ... on y croit . On croit tout court . Et ça fait du bien .
Alors bien sûr on se souviendra du choc, du sang, des hommes à terre : c'est que chez ces gens-là , Monsieur, on ne discute pas non ... On marque .
Les points. les corps. Les âmes .

benoit a dit…

Et oui, Sylvie...Les statistiques, voilà le genre d'histoire dont les pauvres gens se délectent et prennent volontiers pour argent comptant, au mépris, peut-être, des derniers romantiques qui passent comme un rêve enfui...ces espèces d'espace hors du temps... Mais pas tous, heureusement. Pas tous...

Tautor a dit…

Gariguette,
les Argentins ont montré aux anglais ce que c'était que le "fighting spirit" le "El Alamo" de la pampa !Et Twicks s'est enflammé comme jamais "tout le monde dit I love you"! pas de "tempête sous un crâne" mais du "tango"à la sauce "plum and poudding" Merveilleux moment qui relèguent les statistiques bien loin ... L'esprit rugby "à perdre la raison" ne fut pas "a bout de souffle" ..
Tautor