mardi 20 octobre 2015

Sur l'autre Rives

Etonnant ce qu'un seul nom peut parfois déclencher. Je pense à Jo Maso, Serge Blanco ou Benoit Dauga, prononcé au détour d'une conversation. Sur la surface gazonnée du monde ovale, certains joueurs transportent des concepts, prolongent des horizons, ouvrent des portes, renversent des barrières. C'est le cas de Jean-Pierre Rives.
 
Lors d'une interview enclenchée avec Heyneke Meyer, le premier nom que le coach bok prononça fut celui du troisième-ligne aile, capitaine et figure emblématique du rugby français. Le Blond a donc été l'inspirateur de cet entraîneur sud-africain. Pour son courage, son obstination à aller au combat face à plus grands et plus costauds que lui.
 
J'avais dans mon sac l'ouvrage traduit en anglais et distribué depuis un mois en terre anglo-saxonne. Rugby and Art. Pour offrir, au cas où. C'était là l'occasion. Des petits moments comme celui-là changent beaucoup de choses. "Tous les soirs, je le lis," me glisse Heyneke Meyer chaque fois que je le croise, c'est à dire au moins trois fois par semaine : lors de l'annonce de l'équipe, à l'issue de la conférence d'après-match et au hasard dans le hall de l'hôtel.
 
Il me précisera certainement d'ici peu ses aphorismes préférés, me soulignera les meilleurs passages, ceux qui l'ont inspirés. Heyneke Meyer, psychologue de formation, aime préparer ses discours d'avant et d'après match. Il en distille deux par semaines depuis février 2012. Jean-Pierre Rives deviendra-t-il source bok ?

17 commentaires:

benoit a dit…

Ah oui, ce livre-là...et heureux d'apprendre ces affinités électives entre le coach springbok (pas ma marque préférée mais ils me séduisent et je leur souhaite tout le meilleur...ainsi qu'aux pumas que j'aime d'un amour tendre, c'est dit.)oui, entre le springbok et le Jules Renard du Rugby...car la lecture de ce bouquin m'avait tout de suite évoqué le grand auteur...Son journal, bien sur, qui reste d'une telle modernité...Et puis, hop, je le cite, une phrase qui m'a marqué à tout jamais..."Il n'y a pas d'ami. Il n'y a que des moments d'amitié." (Et après ça, va écrire, toi, tiens...) Amitiés bien vives justement...

Ritchie a dit…

Hello, oui, beau livre. Grand Rives. Jules, une de ses références. Et Heyneke. Un monsieur, comme on dit. Joli lien que Rives pour faire couler l'eau du fleuve rugby, là où vous boire les grands fauves, Schalk, Eben, Bismark, Duane, Lood...

Christophe a dit…

ouf...ici c'est moins le tumulte.... Le déchaînement épistolaire.... T'inquiète Richard, je viens pas en rajouter ici. Sympa tes moments partagés avec ceux qui te suivent. Donc ma question est plutôt de savoir comment tu vas. Si ce sont toujours les rencontres dans les livres ou hall d'hôtel qui te permettent de relativiser tout ça. Toi tu le sais mieux que d'autres qu'il n'y a pas que le rugby français et qu'il va devenir de plus en pus de joyeux souvenirs qu'on évoquera avec ceux qui en sont devenus les maîtres. De qui parlera t on dans 20 ou 30 ans de ces équipes de ces 10 dernières années? Dusautoir? Même pas sûr.
Moi je suis comme Villepreux (midol du 12) je m'inquiète d'abord de ce qui va arriver dans les semaines qui viennent au rugby Anglais. Il y avait eu justement des tentatives discutables mais au moins assumées pour faire évoluer tout un ensemble de choses dans le fonctionnement du rugby anglais. Il suffit d'un match contre les gallois pour que cette "révolution" soit tuée dans l'œuf.
Comment espérer vouloir changer les choses en France puisque les frileux auront beau jeu de dire "regardez l'Angleterre....à quoi bon"
C'est pour cela entre autre que je n'aime pas l'importante donnée aux résultats en coupe du monde. Et à l'inverse si PSA avait réussi son improbable pari ça aurait provoqué un immense "tout va bien on change rien"
Et sinon Richard quand on suit professionnellement une équipe après avoir passé quelques semaines dans son pays, on finit par pencher pour elle non?
En clair samedi ça ne t'attristerait pas de voir encore une fois les blacks se louper une coupe du monde loin de leurs terres alors qu'ils affichent comme souvent un ratio de victoires impressionnant.
Bonne semaine et n'oublie pas de venir donner un signe de vie encourageant (au trois sens du terme) sur cet autre espace où des contributeurs viennent refaire le rugby à toute heure du jour et de la nuit. Si c'est pas pour la plupart des "moments d'amitié " c'est que j'ai rien compris à la vie. Des gens t'apprécient et te soutiennent avec tes qualités et tes défauts. C'est important ça... Ça a un rapport avec l'amitié....

jeantet a dit…

Oui, de grands fauves fiers avec un caractère (étant donné qu'" un homme de caractère n'a pas bon caractère" toujours Jules Renard.) trempé dans les sueurs acides et le sang qu'ils versent avec ces façons fraternelles et le bon gout de bien faire en faisant mal aux autres ( la plus belle manière d'honorer son adversaire, en somme) qui font le sel de leur rugby...

Seb en Ovalie... a dit…

Oui pour l'amitié Ritchie c'est le king, du fond de la vallée des singes au milieu d'autres fauves je vous lis avec bonheur, restez comme vous êtes, ne vous singez pas , j'entends certains me dire "gare au gorille", no souci, juste une mise au vert salvatrice pour me remettre d'une marée noire et passer "vers l'autre rive" faite uniquement "d'art et d'essais"...Amitiés à tous !

Sylvie a dit…

Heineke Meyer:j'ai lu ton article sur l'Equipe de samedi et je me disais que pour lui ils iront au feu les Boks, "je veux faire une différence auprès de mes joueurs : pas comme sportifs mais comme êtres humains" ...Quand je vois ses "petits" - Ah mon Eben !!! - je me dis qu'on ne sait pas faire ça cheu nous ; quand je les vois sur le pré heureux comme les gamins qu'ils sont encore, cornaqués par leurs pépés aux petits soins .... Je mesure mieux l'écart entre ces fauves et nos chatons . Entre l'éducation et l'élevage .
Pour JP Rives c'est notre icône, notre Christ en majesté pour qui le rugby , peu importe son évolution, peut changer "so long as the spirit of the game remains intact... so long as it can provide some meaning to life and help one to live better " Putaing ! C'est encore mieux en rosbif !
Réunir les deux ça a dû te colmater un peu le spleen Ritchie, sinon il y a BB King ...https://www.youtube.com/watch?v=mnVWF5g_8LU

benoit a dit…

Ah oui, vous avez raison, Sylvie, un trés " bel" entretien..."Un jour rien ne marche et personne ne veut de vous; le lendemain, vous êtes adulé parce que tout fonctionne..." La dernière réponse de l'entretien, aussi et entre autres,...pour un tas de raisons qui me regarde. J'étais à cent lieues de m'imaginer une personnalité de cette stature. Avec un tel parcours et une finesse d'esprit, assez rare. Sans doute étais-je encore prisonnier autant que victime de certains a priori..

Ritchie a dit…

Vous allez me faire chialer... Puting que c'est bon de vous lire. Là, c'est moi qui ai besoin de votre ligne, de votre chaleur humaine, de votre intelligence, de votre sensibilité. Sept semaines c'est long. Il en reste encore une et demi...

Seb en Ovalie... a dit…

Ami tu n'es pas "Seul sur Mars" on est là en bout de ligne, pendant que tu vas à la pêche (aux infos) car la vie est belle, malgré certain mauvais rebond de la vie, gardes le cap de bonne espérance ou d'ailleurs, avant de mettre les voiles sans Ellis mais on s'en fout du Web nous on sait ce qui est le plus important, alors nous sommes là au soutien, et je peux te dire que s'il le faut on fera du ménage dans les rucks car mince chaque son roll, laisse jazzer, on sait que tu es un homme de chœur qui ne trahit jamais "Ni le ciel, ni la terre"...

Ritchie a dit…

Oui, tu as raison. Un seul "trou noir" en sept semaines, c'est finalement peu. D'autant qu'il n'est pas de mon fait. Mais bon. Never explain, never complain...

benoit a dit…

Never is dans la Nièvre...Don't forget ça, amigo. Car Nièvre is biotiful comme un bok bien crémant. Ouais bon...je file au kiosque. Mais c'était juste manière de rissoler entre amis.

Ritchie a dit…

Faut rissoler, faut rissoler, avant que le ciel nous tombe sur la tête...

Anonyme a dit…

Ritchy mon petit , un ptit coup mou de grande gérule? Et rapport au trou noir, on avait dit pas les réguls....

Boss

Ritchie a dit…

L'est passé le cou de mou, mon boss. T'en loupes pas une toi hein ? Je valide !!!

Sylvie a dit…

L'impression d'être entrée dans le vestiaire côté messieurs, on entend des trucs bizarres - on essaie de décoder les private jokes- et ça rigole .... Bon ben je vais vous dire ce qu'il se passe côté filles alors : pssssssssschhhh... quoi vous n'entendez rien ? Eh oui c'est les douches qui font ce vacarme, dommage ... parce que là il y a une blonde qui dit qu...pscchhhhh.....
Fichues douches ! C'est à voix basse , parce qu'il y a du lourd, de la confidence top secret rapport à ... ah non j'peux pas dire ! On n'a pas juré le silence mais c'est tout comme, quand on partage le vestiaire, on partage tout mais rien ne sort ... Ca doit être la vapeur : ça recouvre tout d'un voile légér, léger mais terriblement opaque . Vous ne saurez rien mais on ne parle que de vous, voilà c'est dit .... enfin surtout de ...
Ah ! N'insistez pas ! Tiens ça rigole aussi ah ben oui c'est à cause de ... oui bien sûr, on pouvait pas la rater celle-là ! Et puis on quitte le vestiaire, les cheveux mouillés, les yeux encore mouillés de rire, une conversation traîne encore un peu sur le parking .
Contact .

Ritchie a dit…

C'est vrai, tu as raison, Comme Fou est un vestiaire. Ce qui s'y passe y reste. Joli parallèle. Il y a aussi les repas d'après-match, type Crazy Ruck. Tiens d'ailleurs, n'oublie pas le samedi 7 à Vincennes, Benoit.

benoit a dit…

Je n'oublie pas, Richie, ah ça non. J'en serai et sur mon trente et un. Avec ça. Bises.