mercredi 17 février 2016

Horizon bleu

Au moment où les fous d'ovale se prennent à rêver de nouveau au Tournoi, à imaginer le prochain match sans plus attendre, parce que quinze jours c'est trop long, voilà que les Bleus transis à Saint-Denis et vainqueurs de l'Irlande à l'issue de mêlées sur le front du combat d'avant(s) vont devoir repartir à l'assaut, ce week-end, du Championnat.

Du Stade de France qui leur faisait un cortège d'applaudissements nourris par leur fierté, ils sont sortis, les coéquipiers du capitaine Guirado, laminés mais heureux, concassés mais souriants, brisés et confiants. Ils formaient ce qu'on appelle une troupe, animés du même esprit. Le rugby par bloc, c'est eux désormais. Unis.

Mais le sort d'une telle équipe, construite en deux semaines par le colonel Novès, risque de ne pas survivre longtemps aux attaques du Top 14, ce bombardements de pick-and-go, ces percussions de petits tas dans la boue de l'hiver d'un championnat qui n'en finit pas de s'intercaler entre les belles zones de Tournoi.

Leur propriétaire leur demande de remonter au front, de repartir au feu, au jeu, alors qu'ils auraient besoin de souffler, juste un peu, de rester au chaud, d'y retrouver de l'énergie avant le choc qui s'annonce à Cardiff, dans ce stade qui ne cesse d'être rebaptisé. Les commotions pour l'instant n'arrêtent personne. Tant qu'il y aura des joueurs...

4 commentaires:

Sylvie a dit…

Eh oui Richard, et on achève bien les chevaux aussi ... Comment ne pas penser aux "Sentiers de la gloire" en voyant cette troupe remonter au Front - très belle photo - le pire comme dans le film de Kubrik c'est que ce sont leurs généraux en chef qui les mitraillent puis les fusillent honteusement, pas l'ennemi .... Mais j'arrête là la comparaison ce serait offenser les soldats .
Bon le rugby ce n'est pas la guerre et j'ose espérer qu'en dépit des pressions des proprios, les inters seront peu utilisés sinon vraiment ménagés . Je ne sais pas moi ... mais un peu de dignité de temps en temps ! Ou au moins du bon sens, est-ce trop demander ?

Ritchie a dit…

Six Bleus sur la feuille de match à Jean Bouin
Mais il semblerait que le colonel ait fait passer le message de qui peut jouer et qui pas
Donc Flanquart ne sera pas titulaire à Cardiff

Lester a dit…

Après la déroute de la Coupe du Monde, on a notamment beaucoup parlé du rapport (déséquilibré ?) entre clubs et Equipe de France; au 1er doublon, la réponse des clubs est claire: leur intérêt d'abord. A la limite, seul Toulon avait une véritable bonne raison de faire jouer Guirado, vu l'hécatombe ponctuelle du club au poste (et la façon dont son remplaçant tirait la langue après seulement 10 mn sur le terrain...).
De la même manière que l'on pointe le RCT pour sa politique de recrutement (alors qu'il ne fait que pousser jusqu'au bout une logique initiée depuis longtemps par le Stade Toulousain puis Clermont à sa suite), il serait malvenu de lui reprocher l'heure de jeu de Guirado alors que ce week-end tous les clubs concernés par des internationaux les ont fait jouer à des titres divers.
Plutôt que mettre en cause un championnat domestique à 14 clubs, ne faudrait-il pas plutôt revoir l'organisation d'une saison internationale dans l'hémisphère nord, et la pertinence à réaménager la Coupe d'Europe ? En clair, supprimer les tournées d'automne qui ne servent pas à grand chose (ou alterner tournée d'été et d'automne), et réorganiser la HCup avec moins de matchs ?

Ritchie a dit…

Lester,
la calendrier est le Loch Ness du rugby. On en parle mais personne ne le sort vraiment du lac. Les tests d'automne, comme ceux de juin, servent à remplir les caisses des fédérations.
La clé, en France, pour soulager le XV de France, serait de prendre les internationaux sous contrat fédéral pendant les trois mois du Tournoi. C'est la proposition d'Alain Doucet, candidat à la président de la FFR.
Cette idée fait l'unanimité.
Welcome sur Comme Fou